Justice climatique et éthique environnementale dans les technologies, avec l'ingénieur Amazonien Rajit Iftikhar – TechCrunch


Près de 8 000 Des employés d'Amazon, qui occupent souvent des postes prestigieux dans l'ingénierie et la conception, ont récemment signé une pétition appelant Jeff Bezos et Amazon. Conseil d’administration de modifier radicalement l’approche de la société géante face au changement climatique.

En déployant une sorte de désobéissance sociale dans les entreprises, comme prendre la parole de manière dramatique lors de réunions d'actionnaires et en adoptant diverses tactiques d'organisation communautaire, le groupe «Employés d'Amazon pour la justice climatique» est rapidement devenu le principal exemple d'une tendance croissante dans le secteur technologique. monde: les employés du secteur de la technologie se regroupent pour adopter de fortes positions éthiques au mépris de leurs puissants employeurs.

Les actions publiques entreprises par ces employés et groupes ont été largement couvertes par les médias. Pour ma série TechCrunch sur l'éthique de la technologie, toutefois, je voulais mieux comprendre en quoi la participation active à cette campagne ressemblait à celle de certaines des personnes impliquées.

Comment les employés occupant des postes à haute pression concilient-ils leurs rôles et responsabilités professionnels avec une défiance active et publique contre leurs employeurs face à un problème d'actualité? Comment les dirigeants participant à ces efforts expliquent-ils la philosophie qui sous-tend leur position éthique? Et dans quelle mesure leurs idées risquent-elles de se répandre dans Amazon et au-delà – peut-être en particulier chez les jeunes techniciens?

J'ai récemment parlé à une poignée d'employés amazoniens les plus activement impliqués dans la campagne «Employés pour la justice climatique», qui m'ont tous inspiré – de manières similaires et différentes. Vous trouverez ci-dessous le premier des deux entretiens que je publierai ici. Celui-ci est avec Rajit Iftikhar, un jeune ingénieur en informatique de New York qui a déménagé à Seattle pour travailler chez Amazon après avoir obtenu son baccalauréat en ingénierie informatique de Cornell en 2016.

Rajit Iftikhar

Rajit m'a semblé être un jeune homme humble et précocement sage qui pourrait être un modèle – bien qu'il semble avoir peu d'intérêt à se démarquer de la sorte – pour des milliers d'autres ingénieurs et technologues en logiciel chez Amazon et au-delà.

Greg Epstein: Votre histoire personnelle a été la clé de votre organisation avec Amazon Employees for Climate Justice. Pouvez-vous commencer par dire un peu pourquoi?

Rajit Iftikhar: Pour des raisons qui me tiennent à coeur pour la justice climatique, il est important que des parents d'un autre pays subissent les contrecoups de la justice climatique. [climate change]. Des pays comme le Bangladesh vont subir certaines des pires conséquences du changement climatique, en raison de l’emplacement géographique du pays et du fait qu’il n’a pas les ressources nécessaires pour s’adapter.

Le Bangladesh ressent déjà les effets de la crise climatique; il est beaucoup plus difficile pour les gens de vivre dans les zones rurales, [people are] être forcé dans les villes. Il y a ensuite les cyclones que la crise climatique va provoquer, ainsi que l'élévation du niveau de la mer et les inondations.

Donc, mon fond [emphasizes, for me] l'injustice de nos émissions est à l'origine de tous ces problèmes pour les habitants d'autres pays. Et même pour les communautés de couleur de notre pays qui vont être touchées de manière disproportionnée par les émissions qui sont en grande partie riches [cause].

Le jet supersonique X-59 de la NASA aura un téléviseur 4K au lieu d’une fenêtre avant – TechCrunch


NASA L’avion supersonique silencieux et expérimental X-59 QueSST aura un cockpit unique en son genre, doté d’un grand écran 4K sur lequel vous avez normalement une fenêtre avant. Pourquoi? Parce que c'est un avion bizarre.

Le X-59, développé par Lockheed Martin avec un budget de 247 millions de dollars, est censé aller beaucoup plus vite que le son sans produire de bang sonique, ni même de bruit "plus fort que la fermeture d'une portière de voiture", du moins aux observateurs de le sol.

Naturellement, pour ce faire, l’engin doit être aussi aérodynamique que possible, ce qui exclut la bosse du poste de pilotage que l’on retrouve souvent dans les avions de combat. En fait, la conception ne peut même pas avoir le pilote à l’avant avec une grande fenêtre, car celle-ci serait probablement beaucoup trop étroite. Découvrez ces lignes:

Le cockpit ressemble plus à une section prise hors de l’avion, juste au-dessus du bord d’attaque des ailes plutôt petites et de forme exotique. Ainsi, alors que la vue sur les côtés sera ravissante, la vue vers l’avant ne serait que nez.

Pour résoudre ce problème, l’avion sera équipé de plusieurs écrans, les plus bas, comme on peut s’y attendre sur un avion moderne, mais le premier est un moniteur 4K qui fait partie de ce que l’on appelle le système de visibilité eXternal, ou XVS. Il montre des images cousues ensemble à partir de deux caméras à l’extérieur du vaisseau, associées à des données de terrain haute définition chargées à l’avance.

Ce n’est pas tout à fait la réalité, mais les pilotes passent beaucoup de temps sur des simulateurs (comme vous pouvez le voir ici), ils seront donc habitués. Et le monde réel est juste devant les autres fenêtres si elles ont besoin d'une vérification de la réalité.

L’avion de Lockheed et de la NASA est actuellement en phase de construction, bien que certaines pièces soient encore en cours de conception. Le programme s'est engagé à fixer une date de vol 2021, un objectif ambitieux étant donné qu'il s'agit du premier vol expérimental ou X-plane de ce type développé par l'agence depuis une trentaine d'années. En cas de succès, il pourrait être le précurseur d'autres engins supersoniques silencieux et pourrait ramener le vol terrestre supersonique à l'avenir.

C’est si Boom ne les bat pas.

Le risque réel de la pièce Balance de Facebook est les développeurs tordus – TechCrunch


Tout le monde s’inquiète pour Mark Zuckerberg contrôlant la prochaine devise, mais je suis plus préoccupé par une crypto Cambridge Analytica.

Aujourd'hui, Facebook a annoncé la Balance, son prochain bulletin d'information conçu pour vous permettre d'acheter et d'envoyer de l'argent à l'étranger avec des frais de transaction pratiquement nuls. Immédiatement, les critiques ont commencé à parler des dangers d’une centralisation du contrôle de l’argent de demain entre les mains d’une entreprise peu réputée en matière de protection de la vie privée et de sécurité.

Cependant, Facebook a anticipé cela et a créé une filiale appelée Calibra pour gérer ses transactions cryptées et conserver toutes les données de transaction séparément de vos données sociales. Facebook partage le contrôle de la Balance avec 27 autres membres fondateurs de l'Association de la Balance, et pas moins de 100 au total lors du lancement du jeton au cours du premier semestre 2020. Chaque membre ne reçoit qu'une voix au conseil de la Balance, afin que Facebook ne puisse pas détourner la gouvernance du jeton. même s'il l'a inventé.

Avec les peurs de la vie privée et les problèmes de contrôle centralisé au moins quelque peu abordés, il y a toujours la question de la sécurité. Facebook a naturellement une énorme cible sur le dos pour les pirates. Pas seulement parce que la Balance pouvait avoir tant de valeur à voler, mais parce que beaucoup de trolls s'en sortiraient en foutant sur la monnaie de Facebook. C’est la raison pour laquelle Facebook a ouvert Libra Blockchain à un code source et propose un prototype dans un réseau de test de pré-lancement. Cette version bêta de développeur, associée à un programme de primes de bogues exécuté en partenariat avec HackerOne, est destinée à faire ressortir toutes les failles et les vulnérabilités avant que Libra ne soit réellement utilisée avec de l'argent réel connecté.

Pourtant, cela laisse un vecteur géant d'abus de la Balance: la plate-forme de développement.

“Essentiel à l'esprit de la Balance. . . La Blockchain Libra sera ouverte à tous: tout consommateur, développeur ou entreprise peut utiliser le réseau Libra, créer des produits et renforcer la valeur ajoutée de ses services. L'accès ouvert garantit de faibles barrières à l'entrée et à l'innovation et encourage une concurrence saine au bénéfice des consommateurs », a expliqué Facebook dans son livre blanc et ses documents de lancement de la Balance. C’est même la construction d’un langage de programmation complet appelé Move pour créer des applications Libra.

Apparemment, Facebook a déjà oublié comment permettre à quiconque de s'appuyer sur la plate-forme d'applications Facebook et ses faibles obstacles à «l'innovation» sont précisément ce qui a permis à Cambridge Analytica de détourner les données personnelles de 87 millions de personnes et de les utiliser à des fins de ciblage politique.

Mais dans ce cas, ce ne seront pas les intérêts des utilisateurs et les anniversaires qui seront saisis. Cela pourrait représenter des centaines ou des milliers de dollars de monnaie de la Balance qui a été volée. Un développeur louche peut créer un portefeuille qui nettoie simplement le compte d’un utilisateur ou transfère ses pièces au mauvais destinataire, exploite l’historique de ses achats pour la commercialisation de données ou les utilise pour blanchir de l’argent. Les risques numériques deviennent beaucoup moins abstraits lorsque des actifs réels sont en jeu.

À la suite du scandale Cambridge Analytica, Facebook s'est précipité pour verrouiller sa plate-forme d'applications, restreindre les API, intensifier le contrôle des nouveaux développeurs et auditer ceux qui ont l'air obscurs. Vous imaginez donc que l’Association de la Balance envisage de passer au crible tout développeur cherchant à créer un portefeuille, une bourse ou une autre application liée à la Balance, n’est-ce pas? “Il n’est pas prévu que l’Association Libra joue un rôle actif dans la validation [developers]», Surprend de manière surprenante le chef de produit Calibra, Kevin Weil. «Dès que vous commencez à limiter cela, vous revenez au système que vous avez aujourd'hui, avec un écosystème fermé et un nombre réduit de concurrents, et vous commencez à voir des frais augmenter."

Cela se traduit par «dès que nous vérifions de manière responsable les développeurs d'applications Libra, les choses commencent à devenir coûteuses, compliquées ou agitées pour les puristes de la crypto-monnaie. Cela pourrait nuire à la croissance et à l'adoption. »Vous savez ce qui nuira encore plus à la croissance de la Balance? Une histoire sanglante sur une famille de migrants ou une petite entreprise qui se fait voler toute leur Balance. Et ce blâme va directement atterrir sur Facebook, et non sur une Association de la Balance très amorphe.

Image via Getty Images / alashi

Inévitablement, certains utilisateurs peu avertis ne comprendront pas la différence entre l’application de portefeuille de Facebook, Calibra, et toute autre application conçue pour la devise. «La Balance est la crypto-monnaie de Facebook. Ils ne me laisseraient pas me faire voler », diront certains. Et sur Calibra, ils auraient raison. C’est un portefeuille qui vous remboursera en cas de vol de votre Balance et qui offre une assistance clientèle 24h / 24, 7j / 7 via chat pour vous aider à retrouver l’accès à votre compte.

Pourtant, la Blockchain Balance en elle-même est irréversible. En dehors des portefeuilles de garde comme Calibra, vous ne récupérerez pas votre argent volé ou mal envoyé. Il n’ya probablement pas de support client. Et il y a beaucoup de développeurs crypto tordus heureux de s'attaquer aux inexpérimentés. En effet, 1,7 milliard de dollars de crypto-monnaie ont été volés l’an dernier seulement, selon CypherTrace via CNBC. «Comme pour tout, il existe une fraude et des escroqueries dans l’écosystème financier existant aujourd’hui. . . cela sera vrai aussi pour la Balance. "Rien n’empêche cela, rien de spécial ou de magique", a déclaré Weil, qui a conclu: "Je pense que ces avantages l'emportent largement sur les inconvénients."

Jusqu'à présent, le monde de la blockchain était principalement habité par des technologues, sauf en cas de montée en flèche des valeurs qui ont convaincu les citoyens moyens d'investir dans Bitcoin juste avant que les prix ne s'effondrent. Désormais, Facebook souhaite faire entrer 2,7 milliards d'utilisateurs de sa famille d'applications dans le monde de la crypto-monnaie. C’est profondément inquiétant.

Le fondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, arrive pour témoigner lors d'une audience conjointe du Comité sénatorial sur le commerce, des sciences et des transports et du Comité judiciaire du Sénat sur Facebook sur la colline du Capitole à Washington, DC, le 10 avril 2018. (Photo: SAUL LOEB / AFP / Getty Images)

Les régulateurs se hérissent déjà, mais peut-être pour les mauvaises raisons. Sénatrice démocrate Sherrod Brown tweeté «Nous ne pouvons pas permettre à Facebook d'exécuter sans surveillance une nouvelle crypto-monnaie risquée sur un compte bancaire suisse». Et le ministre français des Finances, Bruno Le Maire Raconté Radio Europe 1 que la Balance ne peut être autorisée à «devenir une monnaie souveraine».

Plus sévèrement, la représentante Maxine Waters a déclaré: «Compte tenu du passé troublé de la société, je demande à Facebook d'accepter un moratoire sur toute avancée dans le développement d'une crypto-monnaie jusqu'à ce que le Congrès et les régulateurs aient la possibilité d'examiner ces problèmes et d'agir. . "

Pourtant, Facebook ne dispose que d'une voix pour contrôler la monnaie et l'Association Libra a prévenu ces critiques en écrivant: «Nous nous félicitons de l'enquête publique et de la responsabilité. Nous sommes engagés dans un dialogue avec les régulateurs et les décideurs. Nous partageons l’intérêt des décideurs politiques pour la stabilité actuelle des monnaies nationales. "

C’est la raison pour laquelle les législateurs se concertent pour savoir comment réglementer la Balance et j’espère qu’ils se souviendront de ce qui a poussé la dernière série de dirigeants de Facebook à comparaître devant le Congrès et le Parlement. Une plate-forme de développeurs Libra totalement ouverte et non analysée au nom de «l'innovation» au détriment de la sécurité est une bombe à retardement. Les gouvernements devraient insister pour que l'Association Libra procède à un audit approfondi des développeurs et maintienne le pouvoir d'interdire les mauvais acteurs. Dans cet étrange nouveau monde cryptographique, on ne peut pas s’attendre à ce que le public se protège parfaitement de Cambridge Analytica 2. $.

Familiarisez-vous avec la Balance de Facebook avec ce guide pratique:

Twitter va supprimer le marquage de localisation précis dans les tweets, invoquant un manque d'utilisation – TechCrunch


Mise à jour: une version antérieure de cet article a déclaré Twitter supprime le marquage d'emplacement dans les tweets. En fait, cela supprime seulement la possibilité de partager des détails de localisation précis comme la latitude et la longitude.

Dans une annonce aujourd'hui de son compte de support, Twitter a déclaré qu’il supprimait la possibilité de baliser des emplacements précis dans les tweets. La fonctionnalité sera toujours disponible pour les photos via la caméra mise à jour de Twitter. La société a déclaré que c'était parce que "la plupart des gens ne marquent pas leur emplacement précis dans Tweets".

Les utilisateurs de Twitter peuvent désactiver les fonctionnalités de partage de position dans le menu «Confidentialité et sécurité». Si vous ne souhaitez pas partager les détails de votre position précise, vous devez continuer à désactiver la fonction, car celle-ci est toujours disponible sur l'appareil photo de Twitter.

Fonction de marquage de localisation de Twitter pour les tweets sur son site Web

Fonction de marquage de localisation de Twitter pour les tweets sur son site Web

Une fois que la fonctionnalité de partage de localisation précise pour les tweets a été supprimée, les utilisateurs qui souhaitent partager où ils se trouvent peuvent le faire via des services tels que Foursquare.

10 choses à savoir aujourd'hui dans la technologie


Mark Zuckerberg
Mark Zuckerberg a célébré le quinzième anniversaire de Facebook avec un blog.
Christophe Morin / IP3 / Getty Images

Bonjour! C’est l’actualité technique que vous devez connaître ce mercredi.

  1. Facebook a annoncé une nouvelle monnaie numérique appelée Balance, qui permettra à quiconque d'envoyer ou de recevoir de l'argent via son téléphone tout en ne payant aucun frais. Il existe une grande incertitude quant au fonctionnement d’une telle monnaie, mais Facebook affirme qu’elle cible les 1,7 milliard de personnes qui n’ont pas de compte bancaire.
  2. Facebook a créé sa propre filiale, Calibra, qui fournira des services de paiement Libra. Calibra débutera en tant qu'application de portefeuille numérique qui s'intégrera également dans WhatsApp et Facebook Messenger, avant de se diversifier vers d'autres services.
  3. Le ministre français des Finances a été l'un des premiers à exprimer ses doutes quant à la Balance, affirmant qu'il ne fallait pas qu'elle devienne une "monnaie souveraine". Les politiciens allemands, italiens et américains ont également exprimé leur inquiétude, l'un d'entre eux affirmant que Facebook pourrait devenir une "banque fantôme".
  4. La société de technologie chinoise Huawei a estimé que la liste noire américaine aurait un impact sur ses revenus de 30 milliards de dollars. Le PDG et fondateur, Ren Zhengfei, a déclaré que la société tablait sur un chiffre d'affaires de 100 milliards de dollars cette année et l'année prochaine, en baisse par rapport à une croissance cible de 125 milliards à 130 milliards de dollars.
  5. Le créateur de Pokemon Go, Niantic, a effectué sa deuxième acquisition au Royaume-Uni, en achetant le studio de jeu britannique Sensible Object. Le PDG de Sensible Object, Alex Fleetwood, a déclaré à Business Insider que le studio allait devenir Niantic London et créer de nouveaux jeux tels que la plate-forme de jeu de réalité augmentée de Pokemon Go sur Niantic.
  6. Microsoft a repris les ventes de son stock existant d’ordinateurs portables Huawei sur son magasin en ligne. Une fois le stock épuisé, les clients ne pourront plus acheter d’ordinateurs portables Huawei tant que la décision du gouvernement américain n’a pas changé. Elle a décidé de ne plus faire de commerce avec des entreprises américaines.
  7. La chef de la direction de la start-up Cleo sur les prestations parentales, Cleo, a démissionné après Forbes. Une enquête interne a révélé qu'elle avait menti sur son âge et son CV. Shannon Spanhake a démissionné de la start-up après les enquêtes et les anciens employés se sont plaints d'une culture de travail brutale.
  8. Google a annoncé mardi à Alphabet un investissement supplémentaire d'un milliard de dollars dans le logement dans la région de la baie de San Francisco. Google a déclaré qu'au cours des dix prochaines années, il réaffecterait au moins 750 millions de dollars de ses terres, dont la plupart sont actuellement réservées à des locaux à usage de bureaux ou à des locaux commerciaux, en logements résidentiels.
  9. Les principaux annonceurs, éditeurs et plates-formes, notamment Facebook, GroupM et P & G, ont annoncé la création d’une alliance mondiale pour améliorer la sécurité numérique. L’objectif immédiat de l’Alliance mondiale pour un support responsable est de créer un groupe de travail afin de hiérarchiser les étapes concrètes pour commencer à créer des actions, des processus et des protocoles pour protéger les personnes et les marques du contenu néfaste en ligne.
  10. YouTube a lancé une nouvelle fonctionnalité de réalité augmentée qui permet au téléspectateur d’essayer virtuellement du maquillage tout en visionnant des tutoriels de beauté sur le site. L'outil est actuellement en alpha et utilise un écran divisé. La vidéo est lue dans la moitié supérieure et les filtres AR sont affichés dans la moitié inférieure.

Vous avez un appareil Amazon Alexa? Maintenant, vous pouvez entendre 10 choses dans Tech chaque matin. Il vous suffit de rechercher "Business Insider" dans les paramètres de briefing flash de votre Alexa.

Vous pouvez également vous abonner à cette newsletter ici – cochez simplement "10 choses que vous devez savoir dans la technologie".

Google commencera à attribuer les paroles figurant dans ses résultats de recherche à leurs fournisseurs tiers – TechCrunch


Plus tôt cette semaine, le répertoire des paroles de musique Genius a accusé Google d'avoir enlevé les paroles et de les avoir affichées sur sa plateforme de recherche. Genius a déclaré au Wall Street Journal que cela avait entraîné une baisse du trafic sur son site. Google, qui avait initialement nié les actes répréhensibles mais avait ensuite déclaré qu'il enquêtait sur le problème, a abordé la controverse aujourd'hui dans un article de blog. La société a annoncé qu'elle commencerait par inclure l'attribution à ses partenaires tiers qui fournissent les paroles dans ses champs d'informations.

Quand Google Le Wall Street Journal s’est adressé à lui pour la première fois, affirmant que les paroles qu’il affiche sont sous licence de partenaires et non créées par Google. Cependant, certaines paroles (affichées dans des boîtes d’informations ou des cartes appelées «Panneaux de connaissances» en haut des résultats de recherche de chansons) incluaient le système de tatouage basé sur le code Morse de Genius. Genius a déclaré avoir contacté Google à plusieurs reprises au cours des deux dernières années à ce sujet. Dans une lettre, envoyée en avril, Genius a déclaré à Google que non seulement elle enfreignait les conditions d'utilisation du site, mais qu'elle contrevenait également à la législation antitrust – une allégation sérieuse à une époque où Google et d'autres grandes entreprises de technologie font l'objet d'enquêtes antitrust de la part des autorités gouvernementales.

Après la première publication de l'article du WSJ, Google a annoncé dans un communiqué qu'il enquêtait sur le problème et qu'il cesserait de travailler avec des fournisseurs de paroles qui «ne respectent pas les bonnes pratiques».

Dans le blog d'aujourd'hui, Satyajeet Salgar, chef de produit du groupe chez Google Search, a écrit que la société verse "aux éditeurs de musique le droit d'afficher les paroles, car ils gèrent les droits de ces paroles pour le compte d'auteurs-compositeurs". texte de paroles de fournisseurs de contenu lyrique tiers, Google collabore avec ces entreprises.

«Nous n'analysons ni ne grattons les sites Web pour trouver ces paroles. Les paroles que vous voyez dans les zones d’information de Search proviennent directement des fournisseurs de contenu, et elles sont mises à jour automatiquement à mesure que nous recevons de nouvelles paroles et des corrections sur une base régulière », a ajouté Salgar.

LyricFind, avec lequel Google a passé un accord depuis 2016. Le directeur général de LyricFind a déclaré au WSJ qu'il ne fournissait pas les paroles de Genius.

Bien que le message de Salgar ne mentionne aucune société, il a abordé la controverse en écrivant: «Selon des reportages publiés cette semaine, l’un de nos fournisseurs de contenu pour paroles serait en conflit avec un site de paroles concernant l’origine de leurs paroles. Nous avons demandé à notre partenaire d’enquêter sur le problème afin de s’assurer qu’il suivait les meilleures pratiques du secteur dans son approche. "

À l'avenir, Google commencera à inclure l'attribution à la société qui a fourni les paroles dans ses résultats de recherche. «Nous continuerons d'adopter une approche qui respecte et indemnise les détenteurs de droits et veille à ce que les éditeurs de musique et les auteurs-compositeurs soient payés pour leur travail», a écrit Salgar.

Genius, qui a été lancé sous le nom de Rap Genius en 2009, était déjà en désaccord avec Google. En 2013, une astuce de référencement utilisée par Rap Genius pour se positionner plus haut dans les résultats de recherche allait à l’encontre de l’équipe de spam de Google. Google a riposté en enterrant des liens Rap Genius sous des pages de résultats de recherche. Le conflit a été résolu en moins de deux semaines, mais pendant ce temps, le trafic de Rap Genius s’est effondré.

Genius inventor transforme sa Tesla Model 3 en camionnette



Les gens réclament Tesla faire une camionnette pendant des années. Bien que Elon Musk ait promis à plusieurs reprises qu’il soit en route, il n’ya encore aucune indication de ce à quoi cela va ressembler, sans parler d’une date de sortie définitive.

Simone Giertz, une inventrice réputée pour ses robots farfelus comme le réveil le plus efficace / le plus meurtrier de tous les temps, a pris l'initiative de faire du camion Tesla une réalité.

«Truckla» est une collaboration entre Giertz et de nombreux inventeurs, mécaniciens et créateurs. En fait, Giertz a acheté la voiture spécialement pour cette vidéo, qui est plutôt courageuse, vu que c’est son premier achat de voiture. Au cours de plusieurs mois, elle et son équipe ont ensuite procédé à la destruction de la voiture et à sa reconstitution à l'aide de pièces de camion récupérées, puis à sa transformation en un produit final étonnamment homogène.

Mais assez de description; vous devriez regarder la vidéo de construction vous-même. C’est une longue séance de 31 minutes, mais il faut regarder de près l’ingéniosité affichée, sans parler du facteur de choc de voir quelqu'un couper dans une Tesla.

Si vous n’avez pas le temps, regardez le résultat final dans cette annonce officieuse de Truckla:

Giertz dit qu'elle a encore besoin de peaufiner le Truckla, notamment en ce qui concerne l'imperméabilisation, la carrosserie, la doublure de lit, etc. Si vous souhaitez aider, vous pouvez contacter l'équipe à appy@thebrag.media

Pour plus d’informations et d’évaluations sur le matériel, les gadgets et le matériel, suivez Plugged sur
Gazouillement et
            Flipboard.

Publié le 18 juin 2019 – 21:54 UTC

La camionnette Tesla modèle 3 convertie de Simone Giertz est fantastique – TechCrunch


YouTuber Simone Giertz, célèbre inventeur de bricolage, robotiste et fabricant général d’articles sympas, a décidé de ne pas attendre le prochain camion de Tesla. Au lieu de cela, elle a acheté une Tesla Modèle 3 directement à partir de la société nouvelle et ensuite utilisé la graisse du coude, l'ingéniosité, l'aide de certains amis et des outils électriques pour le transformer en un biplace avec un plateau.

Ce qui est étonnant, c’est que, contrairement à certains des robots que Giertz est réputé pour sa fabrication, le produit final est superbe – à la fois en termes de travail de détail et de fonctionnalité. Giertz a également installé une cage sur la caisse du camion et un hayon pouvant servir d’établi. De plus, comme vous pouvez le constater dans cette fausse publicité pour la soi-disant «Truckla», la chose déchire toujours à la fois sur et hors route.

Avec son équipe, Giertz a loué un atelier dédié à la construction, qui a pris environ deux semaines et beaucoup de sciage sur le châssis en métal. L'équipe a dû reconstruire des composants essentiels tels que la cage de protection pour garantir la sécurité du produit fini.

Il reste encore du travail à faire en termes d’imperméabilisation, de levage du véhicule, de retouche de peinture, etc., mais le produit fini semble incroyable et peut-être meilleur que tout ce que le cauchemar de la science-fiction Elon Musk met en place pour le ramassage réel de Tesla.

Sprint est le dernier télécom à proposer un dispositif de suivi utilisant le LTE – TechCrunch


Sur les traces d’AT & T et de Verizon *, Sprint offre maintenant un tracker LTE. L'appareil de la taille d'une boîte d'allumettes, appelé simplement Tracker, fournit un suivi de localisation en temps réel sur l'application Safe + Found.

Sprint Tracker

Le nouveau Tracker de Sprint

Le Tracker fait concurrence à Tile, mais au lieu de Bluetooth, le périphérique de Sprint utilise les services de localisation 4G LTE, GPS et Wi-Fi. Il peut donc être utilisé pour suivre des objets, des personnes ou des animaux domestiques susceptibles de se déplacer à une distance significative, par rapport à une gamme de 100 ft à 300 ft pour la tuile (selon la version). Le Tracker est fabriqué par Coolpad et les utilisateurs doivent débourser 2,50 USD par mois pendant 24 mois pour couvrir le coût de l'appareil, auxquels s'ajoutent 5 USD de plus par mois pour le connecter.

AT & T et Verizon ont tous deux lancé des trackers LTE au cours de la dernière année. Apple aurait également commencé à travailler sur un appareil de suivi qui se connecte aux iPhones, basé sur un ensemble d’actifs permettant de coupler des appareils de proximité dans la première version bêta d’iOS 13 par 9to5Mac.

* Divulgation: TechCrunch fait partie de Verizon Media, une filiale de Verizon Communications.

Facebook a collecté des données d'appareils sur 187 000 utilisateurs à l'aide d'une application de surveillance interdite – TechCrunch


Facebook a obtenu des données personnelles et sensibles sur environ 187 000 utilisateurs de son application de recherche, aujourd'hui disparue, interdite par Apple au début de l'année, après la violation de ses règles par l'application.

Le géant des médias sociaux a déclaré dans une lettre au bureau du sénateur Richard Blumenthal – que TechCrunch avait obtenue – qu’il avait collecté des données sur 31 000 utilisateurs aux États-Unis, dont 4 300 adolescents. Le reste des données collectées provenait d'utilisateurs en Inde.

Plus tôt cette année, une enquête TechCrunch a révélé que Facebook et Google abusaient de leurs certificats de développeur d'entreprise délivrés par Apple, conçus pour autoriser uniquement les employés à exécuter des applications iPhone et iPad utilisées uniquement à l'intérieur de l'entreprise. L’enquête a révélé que les sociétés construisaient et fournissaient des applications pour les consommateurs extérieurs à l’App Store d’Apple, en violation des règles d’Apple. Les applications payaient les utilisateurs en contrepartie de la collecte de données sur la manière dont les participants utilisaient leur appareil et de la compréhension de leurs habitudes en obtenant l'accès à toutes les données réseau entrant et sortant de leur appareil.

Apple a interdit les applications en révoquant le certificat de développeur d'entreprise de Facebook, puis le certificat d'entreprise de Google. Ce faisant, la révocation a mis hors ligne le parc d’applications internes pour iPhone ou iPad des deux sociétés qui reposaient sur les mêmes certificats.

Mais en réponse aux questions des législateurs, Apple a déclaré ne pas savoir combien de périphériques avaient installé l’application non conforme aux règles de Facebook.

«Nous savons que le profil d'approvisionnement pour l'application Facebook Research a été créé le 19 avril 2017, mais cela ne correspond pas nécessairement à la date à laquelle Facebook a distribué le profil d'approvisionnement aux utilisateurs finaux», a déclaré Timothy Powderly, directeur des affaires fédérales d'Apple, dans sa lettre.

Facebook a déclaré que l'application datait de 2016.

Une partie de la lettre d’Apple aux législateurs. (Image: TechCrunch)

TechCrunch a également obtenu les lettres envoyées par Apple et Google aux législateurs début mars, mais n'a jamais été rendu public.

Ces applications de «recherche» s'appuyaient sur la volonté des participants de télécharger l'application de l'extérieur de l'App Store et d'utiliser les certificats de développeur délivrés par Apple pour installer les applications. Ensuite, les applications installeraient un certificat de réseau racine, permettant à l'application de collecter toutes les données de l'appareil, telles que l'historique de navigation sur le Web, les messages cryptés et l'activité des applications mobiles, y compris éventuellement les données de leurs amis, à des fins d'analyse concurrentielle.

Une réponse de Facebook sur le nombre d'utilisateurs impliqués dans le projet Atlas (Image: TechCrunch)

Dans le cas de Facebook, l’application de recherche – surnommée Project Atlas – était une version reconditionnée de son application Onavo VPN, que Facebook a été contraint de supprimer de l’App Store d’Apple l’année dernière pour avoir collecté trop de données.

Cette semaine seulement, Facebook a relancé son application de recherche sous le nom d’étude, disponible uniquement sur Google Play et destinée aux utilisateurs approuvés par le partenaire de recherche de Facebook, Applause. Facebook a déclaré qu'il serait plus transparent de collecter les données des utilisateurs.

Le vice-président des politiques publiques de Facebook, Kevin Martin, a défendu l’utilisation par la société de certificats d’entreprise, affirmant que «c’était une pratique relativement bien connue du secteur». Interrogé, un porte-parole de Facebook n’a pas quantifié cela plus avant. Plus tard, TechCrunch a trouvé des dizaines d'applications utilisant des certificats d'entreprise pour échapper à l'App Store.

Auparavant, Facebook «ignorait spécifiquement les informations partagées via des applications financières ou de santé». Dans sa lettre aux législateurs, Facebook s'en tenait à ses armes, affirmant que sa collecte de données était centrée sur «l'analyse», mais confirmait «dans certaines circonstances contenu non ciblé limité. "

"Nous n'avons pas examiné toutes les données pour déterminer si elles contenaient des données sur la santé ou des données financières", a déclaré un porte-parole de Facebook. "Nous avons supprimé toutes les données d'analyse du marché au niveau utilisateur collectées à partir de l'application Facebook Research, qui incluraient toutes les données de santé ou financières pouvant exister."

Mais Facebook ne dit pas quel type de données, mais seulement que l’application ne décrypte pas «la grande majorité» des données envoyées par un appareil.

Facebook décrivant le type de données collectées, y compris «un contenu limité et non ciblé» (Image: TechCrunch)

La lettre de Google, rédigée par le vice-président des politiques publiques, Karan Bhatia, ne fournissait pas un grand nombre d’appareils ou d’utilisateurs, indiquant seulement que son application était un programme «à petite échelle». Lorsqu'il a été contacté, un porte-parole de Google n'a pas commenté notre échéance

Google a également déclaré n'avoir trouvé "aucune autre application distribuée aux utilisateurs finaux grand public", mais a confirmé plusieurs autres applications utilisées par les partenaires et les sous-traitants de la société, qui ne s'appuient plus sur des certificats d'entreprise.

Google expliquant quelles applications utilisaient de manière incorrecte les certificats d'entreprise délivrés par Apple (Image: TechCrunch)

Apple a déclaré à TechCrunch que Facebook et Google "se conformaient" à ses règles au moment de la publication. Lors de sa conférence annuelle des développeurs la semaine dernière, la société a déclaré qu'elle "se réserve le droit d'examiner et d'approuver ou de rejeter toute application à usage interne".

La volonté de Facebook de collecter ces données auprès d’adolescents – malgré la surveillance constante de la presse et des régulateurs – montre à quel point la société apprécie les études de marché réalisées par ses concurrents. Avec le redémarrage de son programme de recherche rémunéré mais avec plus de transparence, la société continue de tirer parti de sa collecte de données pour rester en avance sur ses rivales.

"Après que son application précédente a été supprimée et bloquée à juste titre, Facebook a réagi plus rapidement pour réintroduire un produit d'étude de marché que pour offrir une protection substantielle de la vie privée du consommateur ou résoudre les abus importants sur sa plateforme", a déclaré le sénateur Blumenthal à TechCrunch. «À une époque où la société est sous enquête pour ses pratiques en matière de données et ses actions anticoncurrentielles, l'application Facebook Study est au mieux sourde et mal réfléchie."

Facebook et Google se sont aggravés dans le scandale des abus liés aux applications pour entreprises, mais des critiques ont déclaré qu'en révoquant des certificats d'entreprise, Apple conserve trop de contrôle sur le contenu des clients de ses appareils.

Le ministère de la Justice et la Federal Trade Commission seraient en train d’examiner les quatre grands géants de la technologie – Apple, Amazon, Facebook et Alphabet, le propriétaire de Google – comme susceptibles de contrevenir aux lois antitrust américaines.


Vous avez un pourboire? Vous pouvez envoyer des conseils en toute sécurité via Signal et WhatsApp au +1 646-755-8849. Vous pouvez également envoyer un e-mail à PGP avec l’empreinte digitale: 4D0E 92F2 E36A EC51 DAAE 5D97 CB8C 15FA EB6C EEA5.