Traitement de prescription de Harvoni contre Epclusa pour l'hépatite C: effets secondaires et différences


Harvoni et Epclusa sont-ils la même chose?

Harvoni (lédipasvir et sofosbuvir) et Epclusa (sofosbuvir et velpatasvir) sont une combinaison d'agents antiviraux utilisés pour traiter l'infection chronique de l'hépatite C (CHC) de génotype 1 chez l'adulte.

Epclusa est également utilisé pour traiter les patients adultes présentant une infection chronique au VHC de génotype 2, 3, 4, 5 ou 6: sans cirrhose ou avec cirrhose compensée; ou avec une cirrhose décompensée à utiliser en association avec la ribavirine.

Les effets secondaires similaires de Harvoni et d'Epclusa comprennent la fatigue, les maux de tête, les nausées, la diarrhée, l'insomnie et la faiblesse.

Les effets secondaires d’Epclusa, différents de ceux de Harvoni, sont notamment une insuffisance en fer sanguin (anémie), des éruptions cutanées et une dépression.

Harvoni et Epclusa peuvent interagir avec la rifampine et le millepertuis.

Epclusa peut également interagir avec les antimycobactériens, la carbamazépine et d'autres anticonvulsivants, les antiacides, les antagonistes des récepteurs H2, les inhibiteurs de la pompe à protons, les antiarythmiques, le topotécan, les antirétroviraux du VIH et les inhibiteurs de l'HMG-CoA réductase.

Quels sont les effets secondaires possibles de Harvoni?

Les effets secondaires communs de Harvoni incluent:

    • fatigue,
    • mal de tête,
    • la nausée,
    • la diarrhée,
    • l'insomnie et
    • la faiblesse.

    Quels sont les effets secondaires possibles d'Epclusa?

    Les effets secondaires communs d'Epclusa incluent:

    • mal de tête
    • fatigue
    • faible taux de fer dans le sang (anémie)
    • la nausée
    • insomnie
    • la diarrhée
    • la faiblesse
    • éruption
    • une dépression

    Qu'est-ce que Harvoni?

    Harvoni (lédipasvir et sofosbuvir) est un agent antiviral à action directe utilisé dans le traitement de l'infection chronique de génotype 1 de l'hépatite C (CHC) chez l'adulte.

    Qu'est-ce que Epclusa?

    Epclusa (sofosbuvir et velpatasvir) est une association à doses fixes d'un inhibiteur de l'analogue de nucléotide NS5B analogue du virus de l'hépatite C (VHC) et d'un inhibiteur de NS5A du VHC. Il est indiqué dans le traitement des patients adultes atteints du VHC chronique de génotype 1, 2, 3 , Infection à 4, 5 ou 6: sans cirrhose ou avec cirrhose compensée; ou avec une cirrhose décompensée à utiliser en association avec la ribavirine.



Qu'est-ce que la peste bubonique (peste noire)? Symptômes, types, causes, traitement


Faits sur la peste (peste noire)

Vaccin contre la peste

Yersinia Pestis (vaccin contre la peste noire)

  • La peste est une maladie infectieuse causée par le bacille de la peste (bactérie), Yersinia pestis.
  • Il se propage facilement et peut être fatal s'il n'est pas traité.
  • La peste, connue sous le nom de "peste noire", a provoqué plus de peur et de terreur que toute autre maladie infectieuse de l'histoire. Il a tué près de 200 millions de personnes au Moyen Âge et a provoqué des changements sociaux monumentaux, marquant la fin du Moyen Âge et faisant progresser la recherche clinique en médecine.
  • Bien que toujours débattue par les historiens, la peste est à l'origine de multiples épidémies et d'au moins trois grandes pandémies (épidémies réparties dans une vaste région ou dans plusieurs régions du monde).
    • La première pandémie de peste s'est étendue du Moyen-Orient au bassin méditerranéen aux Ve et VIe siècles, faisant près de la moitié de la population de ces régions.
    • La deuxième pandémie a frappé l'Europe entre le VIIIe et le XIVe siècle, détruisant près de 40% de la population européenne.
    • La troisième pandémie a débuté en 1855 en Chine et s'est étendue à tous les grands continents.
  • Alexandre Yersin a isolé la bactérie qui cause la peste, a mis au point un traitement (un antisérum) pour lutter contre la maladie et a été le premier à suggérer que des puces et des rats pourraient avoir propagé la peste lors de l'épidémie de 1894. Le bacille de la peste ) a été nommé Yersinia pestis dans la mémoire de Yersin.
  • Les pandémies ont réussi à propager la peste sur tous les grands continents, à l'exception peut-être de l'Australie. Contrairement à la variole, la peste ne peut être éliminée. Il vit dans des millions d'animaux et sur des milliards de puces qui vivent de ces animaux. La peste est une maladie du désert, des steppes, des montagnes et de la forêt.
    • Aux États-Unis, environ sept cas par an ont été signalés au cours des dernières décennies. Ces cas sont la forme la plus bénigne de la maladie et ils surviennent principalement dans le sud-ouest. Les chiens de prairie et les écureuils sont susceptibles de contracter la peste dans certains États de l'Ouest, tels que le Nouveau-Mexique, l'Arizona, le Colorado, l'Utah et la Californie.
    • L'Organisation mondiale de la santé a signalé 3 248 cas de peste dans le monde, dont 584 décès. Le nombre de cas réels est probablement beaucoup plus élevé car de nombreux pays ne parviennent pas à diagnostiquer et à signaler la peste. Les pays suivants ont signalé le plus grand nombre de cas d'infection humaine par la peste depuis 1979 (dans l'ordre des cas les plus signalés): Tanzanie, Vietnam, Zaïre, Pérou, Madagascar, Birmanie, Brésil, Ouganda, Chine et États-Unis.
    • Les trois pays récemment touchés par la peste sont la République démocratique du Congo, Madagascar et le Pérou.
      • Madagascar a connu une épidémie de peste. D'août à octobre 2017, il y a eu 1 801 cas humains et 127 décès.
  • Plus récemment, on s'est inquiété du fait que des formes de la peste pourraient être utilisées comme armes biologiques lors d'un attentat bioterroriste.

Quelles sont les causes de la peste?

La bactérie (Yersinia pestis) qui cause la peste peut être transmis d'un hôte tel qu'un rat à un humain par la piqûre d'un animal ou d'un insecte (comme une puce). Ces morsures transportent la maladie zoonotique. L'animal ou l'insecte qui propage la maladie est appelé vecteur. Plus de 200 espèces de rongeurs et d’autres espèces peuvent servir d’hôtes. Les hôtes peuvent inclure des chiens et des chats domestiques, des écureuils, des tamias, des marmottes, des souris sylvestres, des lapins, des lièvres, des écureuils rocheux, des chameaux, des moutons et d'autres animaux.

Le vecteur est généralement la puce de rat. Trente espèces de puces différentes ont été identifiées comme vecteurs de la peste. Les autres vecteurs de la peste comprennent les tiques et les poux humains. La transmission peut également se produire lorsque quelqu'un inhale des organismes infectés par la peste qui ont été libérés dans l'air. La peste peut être pulvérisée en aérosol, comme dans les actes de terrorisme, provoquant la forme par inhalation (pneumonique) de la maladie. Les personnes infectées par la peste pneumonique peuvent également transmettre la peste aéroportée par l'intermédiaire de gouttelettes de toux de leur propre liquide respiratoire. Un contact étroit avec un tissu ou un liquide infecté par la peste peut également transmettre à l’homme les bactéries responsables de la peste.

  • Types de peste:
    • Peste bubonique: Les bactéries responsables de la peste peuvent se développer et se développer dans l'œsophage de la puce. Cette accumulation de bactéries empêche les aliments de pénétrer dans l'estomac des puces. Pour vaincre la famine, la puce commence à se déchaîner. En luttant pour avaler, la puce vomit la bactérie responsable de la peste sur la peau de la victime lors d'une morsure. Les germes envahissent les glandes lymphatiques voisines chez l'animal mordu et produisent un ganglion lymphatique enflammé appelé bubon. La peste se propage le long du système lymphatique à tous les organes. Dans de rares cas, la peste se propage à la couverture du cerveau. Une maladie grave s'ensuit. La peste bubonique a un taux de mortalité de 13% dans les cas traités et un taux de mortalité de 50% à 60% si elle n'est pas traitée. La peste bubonique est la forme la plus commune de peste.
    • Peste pneumonique: L'inhalation directe des germes responsables de la peste entraîne la peste pneumonique. Une maladie grave s'ensuit. Le taux de mortalité pour la forme pneumonique de peste est de 100% s'il n'est pas traité dans les 24 heures suivant l'infection. La bactérie de la peste peut être libérée dans l'air en tant qu'arme de guerre biologique ou de terrorisme à l'origine de ce type de maladie. La peste peut être transmise de personne à personne par l'inhalation de gouttelettes provenant des poumons d'une personne atteinte de peste pneumonique. La transmission par contact direct est rare.
    • Peste septicémique: Cette forme de maladie grave peut survenir rapidement et causer une infection sanguine grave dans tout le corps (primitif). Il est difficile de diagnostiquer tôt car il n’ya ni bubons ni anomalies pulmonaires. Ce type de peste peut aussi se développer à partir d’un des autres types de peste (secondaire). La peste septicémique a un taux de mortalité de 40% dans les cas traités et environ 100% dans les cas non traités.
  • Facteurs de risque: Les conditions suivantes peuvent augmenter le risque de contracter une infection par la peste.
    • Vivre dans une zone rurale, en particulier dans les zones où la peste est commune
    • Avoir des contacts avec des animaux malades, des animaux morts, des petits rongeurs ou d'autres hôtes possibles
    • Participer à des activités en pleine nature (telles que camping, randonnée, dormir sur le sol, chasser)
    • Exposition aux piqûres de puces
    • Exposition à la peste naturelle dans la communauté
    • Emploi en tant que vétérinaire
    • Activité de plein air pendant les mois d'été
  • Voyages: Toute personne ayant voyagé récemment dans les régions du sud-ouest et de la côte du Pacifique des États-Unis, en particulier au Nouveau-Mexique, en Arizona, en Californie et en Utah, aurait pu attraper une puce. Bien qu'il soit rare de contracter la peste lors d'une visite dans un autre pays, les médecins peuvent penser qu'une puce a piqué un patient présentant des symptômes ressemblant à la peste qui s'est récemment rendu à l'étranger dans des régions où la peste est présente.
  • Contact avec les animaux: Les contacts étroits avec des animaux infectés et les déplacements dans les zones rurales sont des facteurs de risque de contracter la peste. Historiquement, les rats ont été les principaux hôtes de la peste. Actuellement aux États-Unis, les écureuils terrestres et rocheux sont les hôtes les plus courants. Au cours des dernières années, le chat domestique est devenu un hôte important de puces qui transmettent la peste aux vétérinaires.




DIAPORAMA

Infections bactériennes 101: types, symptômes et traitements
Voir le diaporama

Quels sont les Symptômes et signes de la peste?

  • Les symptômes de peste courants incluent:
  • Bubo: Il s'agit d'une glande lymphatique dilatée, enflée et dilatée, que l'on trouve le plus souvent à l'aine, sous les bras ou sur le cou, selon l'emplacement de la piqûre de puce.
  • Peau: Les saignements dans les tissus peuvent noircir les tissus. On pense que le nom médiéval black black provient de la peau profondément assombrie, des saignements, des vomissements de sang et de la mort tissulaire associée à la peste septicémique et pneumonique. Les lésions initialement roses ont probablement inspiré la comptine de l'enfant "Ring Around the Rosy".
    • "Anneau autour du rose" – zones de peau de couleur rose
    • "Une poche remplie de bouchons" – des fleurs odorantes que ceux qui soignent les malades porteraient pour écarter la puanteur de la maladie
    • "Cendres, cendres" – mort imminente (ou "A-choo, a-choo" – Les éternuements et la toux des personnes atteintes de peste pneumonique)
    • "Tous tombent" – la mort

Comment les professionnels de la santé diagnostiquent-ils la peste?

Pour établir le diagnostic, un médecin effectue certains tests sanguins, tels que des cultures (culture de la bactérie en laboratoire à partir d’échantillons de sang, de crachats et de liquide provenant du bubon). Les cultures nécessitent plus de 48 heures pour produire des résultats définitifs.

  • Un médecin peut commander une radiographie du thorax, notamment pour vérifier si la peste a infecté les poumons.
  • Si une infection par la peste est découverte ou soupçonnée, contactez un spécialiste des maladies infectieuses.
  • Le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) peut analyser des échantillons avec des procédures plus sophistiquées. En règle générale, le CDC et les responsables locaux du ministère de la Santé tentent d'identifier la source de la peste et entament des procédures pour prévenir une éventuelle épidémie de peste.

Quel est le traitement de la peste?

Si les médecins soupçonnent un patient d'avoir la peste, les professionnels de la santé prendront des précautions lorsqu'ils traitent avec le patient et porteront des lunettes de protection, des gants, une blouse et un masque.

  • Les patients sont isolés et des précautions sont prises pour ne pas infecter les autres. Certains patients peuvent avoir besoin d'aide pour respirer et reçoivent de l'oxygène. Ils sont tenus à l'écart des autres pendant deux à trois jours après le début du traitement antibiotique ou jusqu'à ce que l'infection soit résolue.
  • La plupart des patients subissent un certain choc septique (pression artérielle basse), et les spécialistes le surveillent de près dans une unité de soins intensifs.
  • La prise en charge médicale de la peste peut impliquer un certain nombre de médicaments. Des antibiotiques doivent être administrés tôt dans l’infection pour maximiser les risques de destruction des antibiotiques. Y. pestis bactéries. Ces antibiotiques peuvent inclure le sulfate de streptomycine en association avec la tétracycline et d'autres antibiotiques.
  • Les contacts bien ou asymptomatiques des personnes atteintes de peste font l'objet d'un suivi attentif et peuvent recevoir des antibiotiques à titre prophylactique à titre de précaution contre le développement de la maladie.

Quel est le pronostic pour la peste?

Les patients atteints de peste peuvent développer une méningite (infection et gonflement du cerveau), un choc septique (hypotension artérielle dangereusement basse avec une diminution de la fonction des reins, du cerveau ou d'autres organes en raison d'une grave infection sanguine à l'échelle du système), la mort et des saignements de tissus, et gonflement autour du coeur. Tout peut mener à la mort.

  • Le taux de mortalité est d'environ 13% pour ceux traités pour la peste bubonique.
  • Une personne atteinte de peste septicémique primaire ou secondaire (infection de la circulation sanguine avec symptômes de choc associés) présente un taux de mortalité d'environ 40%, même après traitement.
  • La peste pneumonique a un taux de mortalité d'environ 100% si elle n'est pas traitée dans les 24 premières heures.

Comment puis-je prévenir la peste?

Un vaccin contre la peste précédemment utilisé n'est plus fabriqué ni disponible dans le commerce. Ce n'était efficace que contre la forme bubonique de la maladie. Le gouvernement américain peut se procurer une petite quantité de vaccin dans des conditions particulières (par exemple, des chercheurs sur les bactéries pesteuses).

  • En général, pour éviter la contraction de la peste, les personnes doivent éviter tout contact avec des animaux sauvages. Il est également important de contrôler les populations de rats et de puces où se trouve la peste.
  • Évitez de vous rendre dans les zones touchées par une épidémie de peste.
  • Toute personne ayant eu un contact avec un patient infecté par la peste (y compris le personnel hospitalier et de secours) doit être surveillée de près pour détecter les symptômes. Dès le premier signe de maladie (fièvre ou gonflement des glandes), le médecin commencera un traitement antibiotique.
  • Les animaux de compagnie et les personnes ayant été en contact avec une personne infectée par la peste peuvent recevoir des antibiotiques dans certaines circonstances à titre de mesure préventive.

Commenté sur 13/11/2019

Références

Centre de biosécurité de l'UPMC. "Yersinia pestis (Peste). "19 octobre 2011.

Suisse. Organisation mondiale de la santé. "Peste." Octobre 2017. .

Suisse. Organisation mondiale de la santé. "Peste – Madagascar." 2 novembre 2017. .

États Unis. Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes. "Peste: Foire aux questions." 14 septembre 2015. .

États Unis. Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes. "Peste." Oct.
23 2017.
.

États Unis. US Food and Drug Administration. "Efficacité vaccinale contre la peste: mise au point de nouveaux tests permettant de mieux évaluer l'efficacité des vaccins." 22 janvier 2015. <http://www.fda.gov/BiologicsBloodVaccines/ScienceResearch
/BiologicsResearchAreas/ucm127288.htm>.



Moins d'Américains que de fumeurs, mais Vaping est une menace croissante: CDC


News Picture: Moins d'Américains que de fumeurs, mais la menace grandissante est de plus en plus menaçante: CDCPar Dennis Thompson
HealthDay Reporter

Jeudi 14 novembre 2019 (HealthDay News) – Aux États-Unis, le tabagisme a atteint son niveau le plus bas jamais enregistré, mais les experts affirment que la montée en puissance de la vapotage met un frein à ce qui constituerait sinon une formidable réussite en matière de santé publique.

Un peu moins de 14% des adultes américains fumaient des cigarettes en 2018, soit une baisse spectaculaire par rapport au taux de tabagisme chez les adultes de 42% enregistré en 1965, selon les chercheurs des centres américains de contrôle et de prévention des maladies.

En outre, tous les signes semblent indiquer que la popularité de la cigarette continue de diminuer:

  • Environ 55% des fumeurs adultes ont essayé de cesser de fumer en 2018, une hausse par rapport à 53% en 2009.
  • Environ 7,5% des fumeurs ont déclaré avoir réussi à arrêter de fumer en 2018, en hausse par rapport à 6,3% en 2009.
  • Le «taux d'abandon» des fumeurs qui ont cessé de fumer de façon permanente est passé d'environ 52% en 2009 à environ 62% en 2018.

Mais un adulte sur cinq utilise encore une forme de tabac et le boom de la vapotage menace de saper les progrès accomplis dans la lutte contre le tabagisme, ont déclaré des experts.

"C'est une bonne / une mauvaise nouvelle", a déclaré le Dr David Hill, membre du conseil national de l'American Lung Association. "Au cours des dernières décennies, nous avons fait d’énormes progrès dans la réduction de la consommation de cigarettes combustibles, mais lorsque vous consultez ce rapport et qu’ils parlent de la consommation de cigarettes électroniques, c’est très préoccupant."

Les autres produits du tabac utilisés par les adultes comprennent les cigares (3,9%); cigarettes électroniques (3,2%); tabac sans fumée (2,4%) et pipes ou narguilés (1%), selon les CDC Rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité, publié le 14 novembre.

La consommation de cigarettes électroniques chez les adultes a légèrement augmenté, passant de 2,8% en 2017 à 3,2% en 2018, selon les chercheurs.

Cependant, 21% des lycéens américains s'étaient volatilisés au cours du dernier mois de 2018 et on s'attend à ce qu'ils causent une hausse du taux de tabagisme chez les adultes à mesure qu'ils atteignent l'âge adulte, ont indiqué des chercheurs.

Un signe que cela se produit: le taux de consommation de cigarettes électroniques chez les 18 à 24 ans a augmenté plus que l'ensemble des adultes, passant de 5,2% en 2017 à 7,6% en 2018.

"La jeunesse est l'âge où les gens expérimentent, et c'est une nouveauté", a déclaré la Dre Emanuela Taioli, directrice de l'Institut d'épidémiologie translationnelle de la faculté de médecine Icahn du mont Sinaï à New York. "Beaucoup d’entre eux ne savent pas qu’il contient de la nicotine, et c’est pour cela qu’ils développent une dépendance. La nicotine est le plus puissant produit addictif existant sur le marché."

Au-delà de la dépendance à la nicotine, vaping inclut également son propre ensemble de risques pour la santé, a déclaré le Dr Len Horovitz, pneumologue au Lenox Hill Hospital de New York.

L'atteinte à la vapeur a été associée à plus de 2 000 cas de pneumopathie grave, et le CDC a annoncé la semaine dernière qu'un agent chimique huileux – l'acétate de vitamine E – avait été retrouvé dans des échantillons de fluides provenant des poumons de 29 vapeurs hospitalisés dans 10 États.

Mais le CDC n'a pas exclu la possibilité que d'autres composés ou ingrédients puissent contribuer à la vague de maladies pulmonaires liées au vapotage.

"Le tabagisme a diminué ces dernières années, mais le nombre de vapoteurs a augmenté de façon spectaculaire avec une variété de dispositifs et l'inclusion de substances autres que la nicotine, certaines connues et inconnues", a déclaré Horovitz. "Les récentes maladies et décès dus au vapotage ont mis au jour des substances chimiques telles que l'acétate de vitamine E, le diacétyle, le formaldéhyde et le cyanure."

Pendant ce temps, Taioli attribue les succès de la lutte contre le tabagisme à la publicité antitabac, aux taxes sur le tabac, à l’augmentation de l’âge légal pour acheter des cigarettes, ainsi qu’aux interdictions de fumer dans les États et au niveau local.

"Les villes où l'interdiction de fumer est la plus élevée et la plus restrictive sont celles où le taux de tabagisme est le plus bas", a-t-elle déclaré.

Les personnes qui veulent cesser de fumer ne devraient pas compter sur une cigarette électronique, selon l'association Hill of the lung.

"Essentiellement, nous n'avons pas beaucoup de preuves que les cigarettes électroniques sont un produit pour arrêter de fumer", a déclaré Hill. «C’est vraiment un produit de substitution, dans lequel les gens passent des cigarettes combustibles aux cigarettes électroniques et, pour les jeunes, c’est un produit d’entrée».

Les experts ont déclaré que les fumeurs devraient plutôt chercher de l'aide auprès de leur fournisseur de soins de santé, y compris des ordonnances de remplacement prouvé de la nicotine.

"De nombreux patients expriment leur souhait de ne pas avoir accès aux produits du tabac", a déclaré Christine Fardellone, spécialiste certifiée du traitement du tabac au Centre de lutte contre le tabagisme à North Neck Health à Great Neck, New York.

"Leurs vies sont souvent remplies de maladies, de regrets, de problèmes financiers et de la difficile expérience du tabac. Les professionnels de la santé doivent continuer à travailler pour réduire le fardeau des maladies liées au tabac sur la santé publique", a-t-elle déclaré.

MedicalNews
Droits d'auteur © 2019 HealthDay. Tous les droits sont réservés.





QUESTION

Quel est le gain de poids moyen chez les personnes qui arrêtent de fumer?
Voir la réponse

Références

SOURCES: David Hill, M.D., membre du conseil national, American Lung Association; Emanuela Taioli, M.D., Ph.D., directrice, Institut d'épidémiologie translationnelle, École de médecine Icahn au mont Sinaï, à New York; Len Horovitz, M.D., pneumologue, Hôpital Lenox Hill, New York; Christine Fardellone, D.N.P., spécialiste certifiée en traitement du tabac, Northwell Health, Centre de lutte contre le tabagisme, Great Neck, N.Y .; Rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité14 novembre 2019



Monothérapie au ticagrélor affirmée dans les SCA à haut risque: ISCHEMIA-ACS


PHILADELPHIE – Les patients atteints du syndrome coronarien aigu (SCA) semblent tirer les mêmes avantages que les autres patients à haut risque de la monothérapie au ticagrélor après une intervention coronarienne percutanée (ICP), selon TWILIGHT-ACS.

"Avoir une analyse dédiée exclusivement consacrée aux patients atteints du syndrome coronarien aigu est très important pour une stratégie de traitement que nous pourrions adopter, à savoir 3 mois seulement de DAPT chez les patients atteints de SCA", Usman Baber, MD, MS, Icahn School of Medicine au mont Sinaï, à New York, a déclaré theheart.org | Cardiologie Medscape.

Les directives actuelles recommandent explicitement la double thérapie antiplaquettaire (DAPT) pendant 1 an en présence de syndrome coronarien aigu (SCA), a-t-il noté. L’essai principal sur TWILIGHT a récemment montré que l’abandon de l’aspirine après 3 mois et la poursuite du traitement par le ticagrélor (Brilinta, La monothérapie par AstraZeneca) a permis de réduire le risque de saignement sans augmenter le nombre d'événements ischémiques chez les patients PCI présentant au moins une caractéristique angiographique et une caractéristique clinique à haut risque.

La sous-étude ACS s'est concentrée sur 4614 (64%) des 7119 patients de l'étude répartis aléatoirement et présentant un angor instable (n = 2494) ou un MI sans surélévation du segment ST (NSTEMI; n = 2120). Près de la moitié avait quatre ou cinq caractéristiques à haut risque et 17%, six ou plus, indiquant un phénotype à très haut risque, a-t-il déclaré.

Au bout d'un an, le critère principal d'évaluation des saignements BARC (Bleeding Academic Research Consortium) 2, 3 ou 5 était moins fréquent dans le groupe traité par le ticagrélor en monothérapie que chez les patients traités par le ticagrélor plus l'aspirine (3,6% contre 7,6%; ratio de risque ), 0,47; IC 95%, 0,36 – 0,61).

Il est important de noter que lorsque les effets du traitement ont été stratifiés en fonction de la charge en facteurs de risque, "des réductions relatives de l'ordre de 50% à 60% indiquent un bénéfice uniforme de la monothérapie au ticagrélor, quel que soit le niveau de risque sous-jacent", a déclaré Baber au cours d'une session d'essai de dernière minute. ici aux sessions scientifiques 2019 de l'American Heart Association (AHA).

Des différences entre les groupes, favorables à la monothérapie au ticagrélor, étaient également présentes pour les critères de

  • BARC 3 ou 5 saignements: 0,8% vs 2,1% (P <.0001)

  • TIMI majeur: 0,5% vs 1,0% (P = .08)

  • GUSTO modéré ou sévère: 0,6% vs 1,6% (P = .002)

  • Majeure ISTH: 0,9% vs 2,2% (P = .001)

Événements ischémiques

Les taux du critère d'évaluation secondaire composite du décès, de l'infarctus du myocarde ou de l'AVC étaient presque identiques dans les groupes de monothérapie au ticagrélor et de ticagrélor / aspirine (4,3% contre 4,4%; FC, 0,97; IC à 95%, 0,74 à 1,28), a noté Baber. Cela incluait les patients atteints de NSTEMI) qui étaient positifs à la troponine (HR ajustée, 1,77; IC à 95%, 1,23 – 2,55).

De plus, il n'y avait pas d'augmentation supplémentaire statistiquement significative avec la monothérapie au ticagrélor sur le critère d'effet ischémique en fonction du fardeau de facteurs de risque, y compris chez les personnes les plus à risque, avec six à neuf facteurs de risque (8,4% contre 9,8%; HR, 0,86; IC 95%, 0,54 – 1,36), a-t-il déclaré.

Les critères ischémiques prédéfinis étaient également similaires entre les groupes monothérapie et ticagrélor / aspirine de ticagrélor:

  • Décès toutes causes confondues: 1,0% vs 1,5% (P = .14)

  • Tous MI: 3,1% vs 3,1% (P = .99)

  • AVC ischémique: 0,5% vs 0,3% (P = 0,21)

  • Thrombose de l'endoprothèse définitive / probable: 0,4% vs 0,6% (P = .38)

Enfin, les résultats pour les critères d'évaluation primaires et secondaires étaient inchangés chez les patients présentant un angor instable ou NSTEMI.

"Je pense que cela fournit une assurance importante que même pour nos patients à haut risque, une stratégie de monothérapie par un inhibiteur du P2Y12 ne semble pas augmenter le risque de MACE (événements cardiovasculaires indésirables majeurs) lorsqu'elle est arrêtée 1 à 3 mois après l'ICP", Michelle O "Donoghue, MD, Brigham et Women's Hospital, Boston, Massachusetts, a déclaré theheart.org | Cardiologie Medscape.

Au cours de sa discussion formelle sur les résultats, O'Donoghue a présenté sa propre analyse d'essais antérieurs portant sur une stratégie de monothérapie P2Y12 un à trois mois après une PCI, notamment GLOBAL LEADERS, SMART CHOICE, STOP DAPT 2 et TWILIGHT. Dans l’ensemble, les résultats montrent que la monothérapie avec un inhibiteur du P2Y12 réduit les saignements d’environ 40% sans un prix en termes d’augmentation du MACE, avec un ratio de risque de 0,91 en faveur de la monothérapie, a-t-elle noté.

En examinant spécifiquement les patients post-SCA dans les systèmes ACS, SMART CHOICE ACS et TWILIGHT-ACS, "on a observé une réduction constante de 51% des saignements et une tendance favorable à la réduction du MACE avec la stratégie P2Y12 (HR, 0,89)", a-t-elle déclaré. m'a dit.

Toujours dans les airs

Le choix du meilleur inhibiteur P2Y12 "reste en suspens", de même que la question de savoir si le génotypage ou le contrôle de la fonction plaquettaire devrait être obligatoire pour les patients recevant du clopidogrel en monothérapie, compte tenu de la variabilité significative entre patients en termes de réponse pharmacodynamique, O'Donoghue observé.

"La question du clopidogrel est importante car nous ne savons pas si la monothérapie par le clopidogrel conviendrait aux personnes qui répondent mal et si nous devrions procéder à des tests de la fonction plaquettaire ou à un génotypage pour les patients de cette catégorie", a-t-elle déclaré lors d'un entretien .

Les données récentes d'ISAR-REACT 5 viennent s'ajouter au choix d'inhibiteur P2Y12 qui, contrairement aux attentes, ont montré que les patients hospitalisés pour un SCA pour une angiographie coronaire invasive qui recevaient du prasugrel plutôt que du ticagrélor étaient moins susceptibles d'avoir un MI ou accident vasculaire cérébral à un an et avait une incidence similaire de saignement majeur.

"Les données d'ISAR-REACT 5 sont certainement très controversées", a déclaré O'Donoghue. "D'après ce que nous savons sur les effets pharmacodynamiques des deux médicaments, le ticagrélor et le prasugrel, ils sont tous les deux relativement compatibles. Je pense donc qu'avant de prendre la décision de choisir préférentiellement le prasugrel par rapport au ticagrélor, je souhaiterais voir données à l'appui car cela ne semble pas être sauvegardé par la pharmacologie à ce stade. "

Interrogé sur ISAR-REACT 5 et l'utilisation de prasugrel dans les SCA, Baber a déclaré: "L'une des conclusions confuses, du moins à mes yeux, est que le prasugrel réduit le risque thrombotique. Cependant, il n'y a pas eu de saignement excessif. Dans tous nos essais antiplaquettaires , nous constatons toujours une réduction de la thrombose avec une augmentation proportionnelle du saignement. Il faut donc approfondir cette découverte et l'expliquer afin de réconcilier réellement cette littérature avec les preuves existantes. "

Commentant davantage, il a déclaré: "Certes, les gens utilisent du prasugrel dans les SCA, mais dans TWILIGHT, nous avons évalué l’aspirine par rapport à un placebo, et je vous déconseille d’extrapoler les résultats de TWILIGHT à une colonne vertébrale du prasugrel."

TWILIGHT a été financé par AstraZeneca. Baber rapporte les honoraires d'Amgen, AstraZeneca et Boston Scientific au conseil consultatif et au financement de recherche d'AstraZeneca pour son établissement. O'Donoghue signale une subvention de Amgen, Merck, AstraZeneca.

Sessions scientifiques de l'American Heart Association (AHA) 2019. Présenté le 17 novembre 2019.

Suivez Patrice Wendling sur Twitter: @pwendl. Pour plus de theheart.org | Medscape Cardiology, rejoignez-nous sur Twitter et Facebook.



Près de la moitié des Américains âgés craignent la démence et essaient des moyens non éprouvés de le combattre


Par Amy Norton
HealthDay Reporter

VENDREDI 15 novembre 2019 (HealthDay News) – Une nouvelle étude suggère que de nombreux Américains sont susceptibles de développer une démence – et ils se tournent souvent vers des méthodes non éprouvées pour améliorer leurs chances de réussite.

Dans une enquête, les chercheurs ont constaté que près de la moitié des Américains de 50 à 60 ans pensaient être au moins "assez susceptibles" de développer une démence. Pourtant, peu – 5% – ont déclaré avoir parlé à leur médecin des moyens de réduire leurs risques.

Au lieu de cela, un tiers ou plus prenaient de l'huile de poisson, de la vitamine E ou d'autres suppléments pour aider à prévenir le déclin de la mémoire – même s'il n'a pas été prouvé qu'aucun de ceux-ci avait ces avantages.

"Il semble bien que les gens croient que les suppléments ou l'huile de poisson aident à préserver leur mémoire", a déclaré le Dr Donovan Maust, chercheur en chef, psychiatre gériatrique à l'Université du Michigan, à Ann Arbor.

Maust a déclaré que cela pourrait refléter "l'excitation" par rapport aux recherches initiales suggérant que certains suppléments pourraient conjurer le déclin de la mémoire – excitation qui n'a pas été tempérée lorsque des études ultérieures ont échoué.

Les résultats, publiés en ligne le 15 novembre dans JAMA Neurologie, sont basées sur 1 019 adultes âgés de 50 à 64 ans qui ont été interrogés en 2018. On leur a demandé s'ils pensaient être «assez susceptibles», https://www.webmd.com/ «très susceptibles» ou «peu probable» de développer une démence dans leur vie.

Globalement, 44% ont estimé qu’elles étaient assez probables, tandis que 4% ont choisi l’option «très probable».

Quelle était leur précision? C'est difficile à dire, car les termes sont vagues, selon Keith Fargo, directeur des programmes scientifiques et de la sensibilisation de l'Association Alzheimer.

Mais, a-t-il ajouté, il serait raisonnable que quiconque se considère comme quelque peu susceptible de développer une démence: environ 10% des Américains âgés de 65 ans et plus sont atteints de démence; le taux grimpe à environ un tiers chez les 85 ans et plus.

Fargo, qui n'a pas participé à l'étude, a déclaré qu'il est possible d'en savoir plus en examinant les réponses des différents groupes de participants.

Par exemple, les Noirs américains étaient beaucoup plus susceptibles que les Blancs de se voir comme peu susceptibles de développer une démence: 63% ont souscrit à cette conviction, contre 49% des Blancs.

A continué

En réalité, les Noirs américains ont un taux de démence plus élevé.

Maust a fait la même remarque. "Il est frappant", a-t-il déclaré, "que des répondants afro-américains pensent que leurs chances de développer une démence sont égales à celles de répondants blancs non hispaniques – alors qu'en réalité, leur risque est plus de deux fois plus élevé".

Fargo a appelé cela à trouver "une malheureuse surprise" et a souligné que cela dénotait une lacune dans les efforts d'éducation publique.

On a également demandé aux personnes interrogées si elles prenaient l’une ou l’autre mesure pour «maintenir ou améliorer» leur mémoire. Environ un tiers ont déclaré utiliser de l'huile de poisson, tandis que 40% ont pris des vitamines ou d'autres suppléments. Plus de la moitié ont déclaré avoir fait des mots croisés.

Aucune de ces stratégies n’est prouvée. Fargo a toutefois fait remarquer que les amateurs de mots croisés pourraient être le genre de personnes qui maintiennent une vie généralement "stimulante sur le plan cognitif" – et il existe des preuves à l'appui des avantages qui en découlent.

On pense que les personnes plus scolarisées ou celles qui suivent un apprentissage tout au long de la vie pourraient avoir plus de "réserve cognitive", a expliqué Fargo. La théorie est que ces personnes peuvent supporter davantage de lésions cérébrales qui marquent la démence avant de développer des symptômes.

Des études sont en cours pour déterminer les meilleures stratégies pour ralentir ou prévenir la démence. Fargo a déclaré que l'Association Alzheimer parraine un essai, appelé US Pointer, qui teste une combinaison de tactiques – comprenant régime alimentaire, exercice et stimulation mentale et sociale.

Pour le moment, Maust a déclaré que le mieux était de prendre soin de votre santé en général et de contrôler toutes les maladies chroniques – en particulier celles qui affectent le cœur et les vaisseaux sanguins, comme l'hypertension artérielle et le diabète. Des études ont depuis longtemps mis en évidence un lien entre la santé cardiaque et la démence, et un essai clinique récent a montré qu'un contrôle strict de l'hypertension artérielle réduisait le risque de troubles cognitifs légers chez les personnes âgées.

"Je pense que les gens n'apprécient peut-être pas jusqu'à quel point le risque de démence peut être réduit en s'attaquant à des problèmes de santé chroniques", a déclaré Maust.

Si vous pensez que votre mémoire ou vos capacités de réflexion se détériorent, Fargo vous a conseillé de consulter votre médecin.

"Dans certains cas", a-t-il déclaré, "il peut exister une cause sous-jacente traitable, telle que l'apnée du sommeil, une carence en vitamine B12 ou la dépression."

WebMD Nouvelles de HealthDay

Sources

SOURCES: Donovan Maust, M.D., M.S., professeur associé / directeur associé, programme de psychiatrie gériatrique, Université du Michigan, Ann Arbor; Keith Fargo, Ph.D., directeur des programmes scientifiques et de la sensibilisation, Alzheimer's Association, Chicago; 15 novembre 2019,JAMA Neurologieen ligne



Copyright © 2013-2018 HealthDay. Tous les droits sont réservés.



Traitement de prescription de Gocovri contre Rytary pour la maladie de Parkinson: différences et effets secondaires


Gocovri et Rytary sont-ils la même chose?

Gocovri (capsules à libération prolongée d'amantadine) et Rytary (carbidopa et lévodopa) sont utilisés pour traiter le mouvement musculaire anormal / involontaire (dyskinésie) chez les patients atteints de la maladie de Parkinson.

Rytary est également utilisé pour traiter le parkinsonisme post-encéphalitique et le parkinsonisme pouvant être consécutifs à une intoxication au monoxyde de carbone ou au manganèse.

Gocovri est un médicament antivirial et anti-Parkinson et Rytary est une combinaison d'inhibiteur de la décarboxylation des acides aminés aromatiques et d'un acide aminé aromatique.

Les effets secondaires similaires de Gocovri et de Rytary sont les suivants: vertiges, bouche sèche, constipation et vertiges au repos (hypotension orthostatique).

Les effets secondaires de Gocovri qui diffèrent de Rytary comprennent des hallucinations, un gonflement des extrémités et des chutes.

Les effets secondaires de Rytary qui diffèrent de ceux de Gocovri sont les suivants: nausée, maux de tête, insomnie, rêves anormaux, mouvements involontaires, anxiété, vomissements et hypotension artérielle.

Gocovri peut interagir avec d'autres médicaments anticholinergiques, les inhibiteurs de l'anhydrase carbonique, le bicarbonate de sodium, l'alcool et les vaccins "vivants".

Rytary peut interagir avec les inhibiteurs de la MAO, les phénothiazines, les butyrophénones, la rispéridone, le métoclopramide, l'isoniazide, les sels de fer et les multivitamines contenant des sels de fer.

Quels sont les effets secondaires possibles de Gocovri?

Les effets secondaires communs de Gocovri incluent:

  • hallucinations,
  • vertiges,
  • bouche sèche,
  • gonflement des extrémités,
  • constipation,
  • des chutes,
  • et vertiges au repos (hypotension orthostatique).

Les autres effets indésirables de Gocovri incluent:

  • anxiété,
  • insomnie,
  • une dépression,
  • rêves anormaux,
  • confusion,
  • mal de tête,
  • crampes musculaires,
  • la nausée,
  • vomissement,
  • troubles de la marche,
  • ecchymose,
  • infection urinaire,
  • changements dans la pigmentation de la peau,
  • diminution de l'appétit,
  • Vision floue,
  • les cataractes,
  • yeux secs,
  • gonflement des articulations,
  • spasmes musculaires,
  • hyperplasie bénigne de la prostate (HBP),
  • et la toux.

Quels sont les effets secondaires possibles de Rytary?

Les effets secondaires communs de Rytary incluent:

  • la nausée,
  • vertiges,
  • mal de tête,
  • insomnie,
  • rêves anormaux,
  • bouche sèche,
  • mouvements involontaires,
  • anxiété,
  • constipation,
  • vomissements, et
  • hypotension artérielle et vertiges en position debout (hypotension orthostatique)

Qu'est-ce que Gocovri?

Gocovri (capsules d'amantadine à libération prolongée) est un médicament antivirial et antiparkinsonien indiqué dans le traitement de la dyskinésie chez les patients atteints de la maladie de Parkinson recevant un traitement à base de lévodopa, avec ou sans traitement dopaminergique concomitant.

Qu'est-ce que Rytary?

Rytary (carbidopa et lévodopa) est une combinaison d'inhibiteur de la décarboxylation des acides aminés aromatiques et d'un acide aminé aromatique, utilisée dans le traitement de la maladie de Parkinson, du parkinsonisme post-encéphalitique et du parkinsonisme pouvant suivre une intoxication au monoxyde de carbone ou au manganèse.



Images de syndrome de Williams, signes, symptômes, causes et durée de la vie


Faits sur le syndrome de Williams chez les enfants et les adultes

Illustration d'un visage avec des graphiques autour.

Le syndrome de Williams est une maladie héréditaire ou génétique.

  • Le syndrome de Williams est un trouble génétique rare entraînant des problèmes de développement prénatal et postnatal, des troubles de la croissance et des traits du visage caractéristiques.
  • Les caractéristiques, les symptômes et les signes peuvent inclure:
    • Caractéristiques faciales caractéristiques telles qu'une bouche large, un nez petit et retroussé, des dents largement espacées, une face médiane plate et une ou les deux lèvres charnues, ainsi que des espaces espacés et / ou mal alignés
    • Yeux
    • Petite taille
    • Poitrine enfoncée
    • Tonus musculaire réduit
    • Bébés de faible poids à la naissance
    • Flexion intérieure du petit doigt
    • Problèmes d'alimentation (principalement les bébés et les jeunes enfants)
    • Des troubles d'apprentissage
    • Hypersensibilité aux sons forts
    • Perte d'audition
    • Discours retardé
    • Anomalies cardiaques, en particulier chez les adultes
    • Problèmes émotionnels et comportementaux
    • Autisme, mais certains développent une personnalité excessivement sociale
  • Les causes du syndrome de Williams sont dues à des délétions de parties du chromosome 7.
  • La maladie peut être héritée, mais certaines personnes la développent spontanément.
  • Le syndrome de Williams n’est pas le même état que le syndrome de Down, car différents déficits chromosomiques sont responsables de chaque syndrome.
  • Le syndrome de Williams peut être confirmé par des tests spécialisés permettant de détecter les délétions chromosomiques.
  • Bien que le syndrome de Williams ne puisse être guéri, il existe des traitements médicaux et / ou chirurgicaux pouvant être utilisés pour réduire les symptômes de la maladie.
  • Les données sur l'espérance de vie du syndrome de Williams ne sont pas claires en raison de la rareté de la maladie; Cependant, les chercheurs estiment que la maladie réduira l'espérance de vie d'environ 10 à 20 ans.
  • Les symptômes et les signes du syndrome de Williams vont d’une invalidité grave à des symptômes légers.
  • Chaque personne atteinte du syndrome de Williams est unique
  • Il y en a qui sont reconnaissables (ou ce que certaines personnes appellent «célèbres» avec le syndrome de Williams.

Qu'est-ce que le syndrome de Williams?

Le syndrome de Williams (également appelé syndrome de Williams-Beuren) est un trouble génétique rare (du chromosome 7) qui se traduit par un trouble de la croissance prénatal et postnatal, une petite taille, une déficience mentale variable et des traits distinctifs du visage.

Quelles sont les caractéristiques, les symptômes et les signes du syndrome de Williams?

Les caractéristiques, les symptômes et les signes du syndrome de Williams peuvent inclure certains ou plusieurs de ceux-ci:

  1. Caractéristiques des traits du visage tels qu'une bouche large, un nez petit et retroussé, des dents largement espacées, une face médiane plate et une ou les deux lèvres charnues, écartées et / ou mal alignées
  2. yeux avec un motif étoilé dans l'iris
  3. Petite taille
  4. Poitrine enfoncée
  5. Tonus musculaire réduit
  6. Bébés de faible poids à la naissance
  7. Flexion intérieure du petit doigt
  8. Problèmes d'alimentation (principalement les bébés et les jeunes enfants)
  9. Des troubles d'apprentissage
  10. L'autisme, mais certains ont une personnalité excessivement sociale
  11. Hypersensibilité aux sons forts
  12. Perte d'audition
  13. Discours retardé
  14. Anomalies cardiaques, en particulier chez les adultes
  15. Problèmes émotionnels et comportementaux

Ces caractéristiques, signes et symptômes, selon leur gravité, peuvent entraîner un syndrome de Williams léger à grave.

Quelles sont les causes du syndrome de Williams? Est-ce génétique (hérité)?

Les causes du syndrome de Williams peuvent être héréditaires ou spontanées; ils sont dus aux délétions du chromosome 7 qui se produisent lors de la formation de l'ovule et du sperme. Les causes sont différentes pour le syndrome de Down; le syndrome de Williams n’est donc pas le même que le syndrome de Down.

Le syndrome de Williams et le syndrome de Down sont-ils la même chose?

Non, le syndrome de Williams et le syndrome de Down ne sont pas le même type de maladie génétique. Le syndrome de Williams est dû à la suppression de parties du chromosome 7, tandis que le syndrome de Down est dû à un matériel génétique supplémentaire provenant du chromosome 21 et est transféré à un embryon nouvellement formé. Cependant, le syndrome de Williams et le syndrome de Down présentent des caractéristiques, des signes et des symptômes communs.

Quels tests diagnostiquent le syndrome de Williams?

Le syndrome de Williams peut être confirmé par des tests spécialisés permettant de détecter les délétions chromosomiques.

Quels traitements réduisent les symptômes du syndrome de Williams?

Le traitement est disponible pour réduire les symptômes. Les traitements sont conçus pour chaque individu différent; En général, une équipe médicale aide le patient à traiter divers problèmes, tels que le retard de développement, l'hypercalcémie (taux de calcium trop élevé), l'autisme et / ou des problèmes cardiaques pouvant nécessiter une intervention chirurgicale.

Quel est l'espérance de vie du syndrome de Williams? Y a-t-il un remède?

La perte moyenne d'espérance de vie ou d'espérance de vie est estimée à environ 10 à 20 ans, mais les données manquent pour le confirmer. De plus, chaque personne étant différente, leur durée de vie peut être différente des estimations actuelles.

Quels adultes "célèbres" ou reconnaissables ont le syndrome de Williams?

Plusieurs personnes célèbres (ou reconnaissables) ont été diagnostiquées avec le syndrome de Williams, notamment:

  • Amy Kotch, en vedette dans les médias publics de KLRU-TV.
  • Gloria Lenhoff, une chanteuse soprano qui a joué avec Aerosmith, et le Master Chorale de San Diego.
  • Ben (Big Red) Monkaba, membre du théâtre communautaire Black Cat.
  • Leah Ward, qui s'est liée d'amitié avec une entraîneure de basketball (LeVelle Moton), qui l'a encouragée à prononcer des discours d'avant-match.

Commenté sur 13/11/2019

Références

Lazier, J., Traitement et gestion du syndrome de Williams, Medscape. Mise à jour: 14 janvier 2015.

Qu'est-ce que le syndrome de Williams? Association du syndrome de Williams. 2019.

Expand Utilisation de vascepa, médicament à base d'huile de poisson: groupe d'experts de la FDA


VENDREDI, 15 nov. 2019 (HealthDay News) – L’utilisation approuvée du médicament à base d’huile de poisson à la prescription, Vascepa, devrait être élargie pour inclure davantage de patients présentant un risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral, a recommandé jeudi un groupe consultatif de la Food and Drug Administration des États-Unis.

Vascepa est actuellement approuvé pour les patients présentant des taux extrêmement élevés de triglycérides, un type de graisse dans le sang associé à une maladie cardiaque, Presse associée signalé.

Le fabricant de médicaments, Amarin, cherche à obtenir l’approbation de la FDA pour l’utilisation de Vascepa chez les patients qui présentent des taux de graisse dans le sang plus faibles mais qui présentent toujours un risque de problèmes cardiaques, bien que prenant des statines réduisant le cholestérol. Un mois d’approvisionnement en Vascepa coûte environ 300 dollars.

Le panel de la FDA a voté à l'unanimité jeudi en faveur d'une utilisation accrue de Vascepa. Leur décision était basée sur des recherches montrant que le médicament pouvait réduire le taux de problèmes cardiaques dangereux chez les patients à risque élevé, AP signalé.

"Il ne fait aucun doute que ce médicament pourrait bénéficier à une partie substantielle de la population américaine et répondre à un besoin non satisfait", a déclaré le Dr Jack Yanovski, membre du panel, spécialiste des hormones aux Instituts nationaux de la santé des États-Unis.

Mais Phillip Posner, le représentant des patients du groupe, a déclaré que "http://www.medicinenet.com/"Je ne veux pas que cela devienne ce que j'appelle des bonbons cardio."

La FDA, qui n’est pas obligée de suivre la recommandation du groupe mais le fait généralement, devrait prendre une décision d’ici la fin de l’année, le AP signalé.

MedicalNews
Droits d'auteur © 2019 HealthDay. Tous les droits sont réservés.





IMAGES

Illustration de coeur
Parcourez notre collection d'images médicales pour voir des illustrations de l'anatomie et de la physiologie humaines
Voir les images



La colchicine semble prometteuse pour réduire les événements post-MI


PHILADELPHIE – L'ajout de l'agent anti-inflammatoire colchicine au traitement standard dans les 30 jours suivant un infarctus du myocarde (IM) a considérablement réduit le critère d'effet composite des événements cardiovasculaires par rapport au placebo dans le cadre d'une vaste étude randomisée.

Lors de l'évaluation de 4745 personnes ayant récemment souffert d'un infarctus du myocarde, une faible dose de colchicine (0,5 mg par jour) a permis de réduire de manière significative le risque de premier événement cardiovasculaire ischémique de 23% par rapport au placebo. Les chercheurs ont également signalé que la colchicine réduisait de 34% les événements cardiovasculaires ischémiques combinés récurrents et récurrents.

"En réutilisant des médicaments bien connus tels que la colchicine, nous pouvons aider à résoudre de manière rentable le problème de santé publique majeur des événements cardiovasculaires ultérieurs après un IM, afin d'aider les patients du monde entier à surmonter les barrières de coût de leur traitement", a déclaré l'auteur Jean -Claude Tardif, MD, de l'Institut de cardiologie de Montréal à Montréal, Québec, Canada, a déclaré theheart.org | Cardiologie Medscape.

L’étude COLCOT (COLchicine Cardiovascular Outcomes Trial Trial) a été présentée lors des sessions scientifiques 2019 de l’American Heart Association (AHA) et publiée simultanément en ligne le 16 novembre le New England Journal of Medicine.

Effet anti-inflammatoire pourrait être la clé

Tardif et ses collègues ont évalué la colchicine car "il existe de nombreuses preuves qui corroborent le rôle de l'inflammation dans l'initiation, la progression et les complications de l'athérosclérose, qui conduisent à des syndromes coronariens aigus", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse consacrée aux recherches de dernière minute.

La colchicine est disponible depuis des décennies et est généralement utilisée à court terme pour traiter la goutte et la péricardite.

Un essai précédent, CANTOS, a montré que le médicament anti-inflammatoire canakinumab était associé à une réduction du risque relatif de 15%. Cependant, l'agent était un injectable "très coûteux" qui n'a pas été développé pour les maladies cardiaques, a déclaré Tardif.

Parce que la colchicine est plus disponible et moins chère, elle est "probablement plus facilement traduisible en clinique", a-t-il ajouté.

Parmi les autres travaux de recherche antérieurs, citons l’étude CIRT, qui n’a montré aucun bénéfice similaire avec le méthotrexate. Spécifiquement, dans cet essai, le méthotrexate n'a pas réduit les biomarqueurs inflammatoires.

"Ainsi, il semble que lorsque vous avez réduit l'inflammation dans CANTOS, il y avait un bénéfice. Lorsque vous ne l'avez pas fait, il n'y avait aucun bénéfice", a déclaré Tardif.

Haut niveau de soin

Dans COLCOT, Tardif et ses collègues ont assigné au hasard 2366 patients à 0,5 mg de colchicine par jour et 2379 autres à un placebo. Le temps moyen entre l'IM et la randomisation était de 13 jours.

L'âge moyen des participants était de 60 ans, 20% étaient des femmes et environ la moitié avaient de l'hypertension. Les normes de soins incluaient des taux élevés d'angioplastie (93%). De plus, 99% des patients recevaient un traitement à l'aspirine, 98% prenaient un antiplaquettaire secondaire et 99% prenaient une statine.

"Nous avons mené COLCOT chez des patients présentant un infarctus du myocarde récent en raison d'une inflammation intense à ce moment-là", a déclaré Tardif.

Le critère d'évaluation principal était un composite du premier événement de décès cardiovasculaire, d'arrêt cardiaque réanimé, d'infarctus du myocarde aigu, d'accident vasculaire cérébral, ou d'hospitalisation urgente pour angine nécessitant une revascularisation coronaire.

Principales constatations

Dans le groupe colchicine, 5,5% des patients ont présenté le critère d'évaluation principal contre 7,1% du groupe placebo, soit une réduction de 23% (rapport de risque, 0,77; intervalle de confiance à 95%, de 0,61 à 0,96). Cette réduction était statistiquement significative par rapport au placebo (P = 0,02).

Tardif et ses collègues ont également examiné la contribution individuelle de chacun des cinq résultats en tant que critères d'évaluation secondaires. Les chercheurs ont noté que les résultats globaux étaient dus à une incidence moindre d'accidents vasculaires cérébraux et à des hospitalisations urgentes pour angor entraînant une revascularisation coronaire.

Table. Résultats individuels

Point final Ratio de risque (IC 95%)
Mort cardiovasculaire 0,84 (0,46-1,52)
Arrêt cardiaque réanimé 0,83 (0,25-2,73)
Infarctus du myocarde 0,91 (0,68-1,21)
Accident vasculaire cérébral 0,26 (0,10-0,70)
Hospitalisation urgente pour angor entraînant une revascularisation 0,50 (0,31-0,81)

"Certes, pour le critère principal d'évaluation composite, il y a eu une réduction de 23% et le procès s'est achevé comme prévu avec les 301 événements accumulés", a commenté le commentateur Aruna D. Pradham, MD, MPH, du Brigham and Women's Hospital et de la Harvard Medical School Boston, Massachusetts, a déclaré lors du point de presse.

"Cependant, pour les critères secondaires, il n'y avait aucun avantage significatif", a-t-elle ajouté. "Bien que, numériquement, il y ait eu une différence significative entre les événements du composite primaire, ils étaient numériquement inférieurs, mais non statistiquement significatifs. En tant que cardiologues, nous souhaitons certainement une réduction des infarctus du myocarde, des décès par maladie cardiovasculaire et cause la mortalité – ces choses qui sont plus robustes ".

L'estimation ponctuelle de l'avantage était "dans la bonne direction pour les cinq composantes", a déclaré Tardif. "Cela me dit que la colchicine a un effet… et que d'autres recherches sont à venir."

COLCOT a également évalué la charge totale d'événements ischémiques cardiaques primitifs et récurrents. Le ratio de taux pour l'ensemble des événements était de 0,66, soit une réduction du risque relatif de 34% pour tous les événements primaires et récurrents primaires par rapport au placebo.

"J'étais particulièrement enthousiaste lorsque nous avons constaté une réduction globale de 34% de la charge", a déclaré Tardif.

"Bien que le risque du critère d'évaluation principal composite… soit plus faible dans le groupe colchicine que dans le groupe placebo, ce résultat est principalement dû à la diminution des risques d'angine de poitrine et d'AVC", a déclaré L. Kristen Newby, MD, MHS, Institut de recherche clinique en cardiologie et Duke, Centre médical de l'Université Duke, Durham, Caroline du Nord, écrit dans un éditorial d'accompagnement.

"Aucun effet significatif sur les décès dus à des causes cardiovasculaires ou à un infarctus du myocarde n'a été démontré."

Trop tôt pour la prévention des AVC?

Bien que la réduction des accidents vasculaires cérébraux et des hospitalisations urgentes ait été à l'origine de l'essentiel des avantages du résultat composite principal, il peut être prématuré de suggérer que la colchicine soit utilisée pour la prévention de l'AVC ischémique.

"Il y avait un bénéfice en cas d'AVC, mais les nombres étaient faibles et (il y avait) un bénéfice faible là-bas", a déclaré Pradham.

"Nous devons examiner le critère d'évaluation principal composite, puis la cohérence entre les autres critères d'évaluation", a commenté Donald Lloyd-Jones, MD, président du comité de programmation des sessions scientifiques de l'American Heart Association. "Je ferais très attention à suggérer que cette étude devrait être utilisée pour la prévention des accidents vasculaires cérébraux, car il s'agissait d'un très petit nombre d'événements."

"Nous devons garder cela au premier rang des résultats principaux et ne pas peser trop lourdement (résultat individuel). Nous le faisons à nos risques et périls", a ajouté Lloyd-Jones.

La colchicine était bien tolérée, a déclaré Tardif. Les nausées sont apparues plus souvent dans le groupe colchicine que dans le groupe placebo: 1,8% vs 1,0%. En outre, le taux de pneumonie était de 0,9% dans le groupe colchicine contre 0,4% dans le groupe placebo.

Coût une considération?

Certains patients signalent des problèmes de coût, a déclaré Lloyd-Jones. "J’ai vu jeudi un patient souffrant de coronaropathie stable et de goutte. Il m’a dit que ses dépenses personnelles étaient récemment passées de 50 $ à 270 $ par mois à Chicago. La raison de la flambée des prix n’était pas claire et pourrait une fonction du régime d'assurance du patient, at-il ajouté.

"Cela me préoccupe beaucoup. Je me demande s'il y a des jeux en cours ici. Je ne veux pas voir cela avec ce médicament", a déclaré Lloyd-Jones. "Ce qui est important, ce n'était pas un essai sponsorisé par l'industrie."

"Montréal est à 90 minutes de vol d'ici", a convenu Tardif. "Il y a deux jours, un patient souffrant de goutte m'a dit aussi que la colchicine coûtait 27 cents par jour."

La colchicine est un médicament de marque et non un générique traditionnel, ce qui pourrait en affecter le coût.

La grande image

Inscrivant les résultats dans le contexte d'un traitement combiné après un infarctus du myocarde, Lloyd-Jones se demandait si la colchicine pourrait un jour rejoindre le "cocktail de cinq médicaments standard" après un infarctus du myocarde à l'aspirine, un double traitement antiplaquettaire, une statine, un inhibiteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine et un β-bloquant.

"Lorsque vous avez un médicament sûr, facilement disponible, il vous sera difficile de le retenir, il faudrait que je réfléchisse", a déclaré Lloyd-Jones, qui est également directeur du Clinical and Translational Sciences Institute de la Northwestern University. Eileen M. Foell Professeur de médecine préventive (épidémiologie), de médecine (cardiologie) et de pédiatrie à la Feinberg School of Medicine de la Northwestern University à Chicago, dans l'Illinois.

"C'est un résultat important et une étude importante", a déclaré Ivar J. Benjamin, ancien président de l'AHA et directeur du centre cardiovasculaire du Medical College of Wisconsin à Milwaukee. theheart.org | Cardiologie Medscape quand on lui demande de commenter.

Benjamin a ajouté que tout effet potentiel à long terme de l'agent devra être déterminé s'il est utilisé en prévention secondaire.

En outre, a-t-il dit, il a également rencontré des patients qui commencent la colchicine à l'hôpital, mais après leur sortie de l'hôpital, "tout à coup, ils ont des coûts importants associés à un générique de marque".

"C'est dans ces cas que la prochaine chose qu'ils font, c'est qu'ils reviennent à l'hôpital parce qu'ils ont une récidive de leur péricardite."

"Ce sera une étude historique", a déclaré Pradham. "COLCOT était un essai de grande envergure, simple, bien conçu et axé sur les événements. Ces résultats confirment que la gestion de l'inflammation réduit le risque cardiovasculaire."

"Il est évident que les résultats de COLCOT s'appliquent aux patients ayant récemment souffert d'un infarctus du myocarde", a déclaré Tardif. "Selon nous, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer les avantages de la colchicine chez d'autres patients à haut risque."

Dans cet esprit, Tardif a annoncé le lancement d'un essai COLCOT-T2D portant sur 10 000 diabétiques sans maladie coronarienne connue.

Le gouvernement du Québec, les Instituts de recherche en santé du Canada et des fondations philanthropiques ont appuyé cette étude. Tardif a reçu une subvention du gouvernement du Québec liée à l’étude. Pradham, Benjamin et Newby n’ont pas communiqué d’informations pertinentes.

Sessions scientifiques de l'American Heart Association (AHA) 2019. Présenté le 16 novembre 2019.

N Engl J Med. Publié en ligne le 16 novembre 2019. Article, Éditorial

Suivez Damian McNamara sur Twitter: @MedReporter. Pour plus d’information sur Medscape Neurology, rejoignez-nous sur Facebook et Twitter.



Ne pas être assez fermé? Vous avez beaucoup de compagnie


Par Robert Preidt
HealthDay Reporter

VENDREDI 15 novembre 2019 (HealthDay News) – De plus en plus d'Américains ont du mal à s'endormir et à rester endormis, et les smartphones et la technologie sont probablement à blâmer, ont rapporté des chercheurs.

Leur analyse des données de près de 165 000 adultes à travers le pays a montré que le nombre de personnes ayant déclaré avoir eu de la difficulté à s'endormir au moins une fois par semaine avait augmenté de 1,4% entre 2013 et 2017, et que celles qui avaient eu du mal à rester endormi avaient augmenté de 2,7%.

Ces pourcentages peuvent sembler minimes, mais cela signifie que pas moins de 5 millions d'adultes ont des problèmes de sommeil, selon le responsable de l'étude, Zlatan Krizan, professeur de psychologie à l'Iowa State University (ISU), à Ames, dans l'Iowa.

"La durée de notre sommeil est importante, mais la qualité de notre sommeil et notre perception de notre sommeil sont aussi importantes en soi", a déclaré Krizan dans un communiqué de presse publié par une université. "La santé du sommeil est un phénomène multidimensionnel, donc examiner tous les aspects du sommeil est crucial pour les recherches futures."

L'étude a été publiée en ligne récemment dans la revue Santé du sommeil.

Krizan et son équipe ne peuvent pas dire ce qui contribue à l'augmentation des problèmes de sommeil, mais la technologie est probablement un facteur, selon l'auteur principal Garrett Hisler. Ancien étudiant diplômé de l'ISU, il est maintenant associé postdoctoral à l'Université de Pittsburgh.

"Nos recherches précédentes montrent qu'il existe une corrélation entre l'utilisation d'un smartphone et le manque de sommeil chez les adolescents", a déclaré Hisler dans un communiqué de presse.

"Si nous sommes au téléphone avant de nous coucher ou si nous recevons des alertes au milieu de la nuit, cela peut rendre plus difficile de s'endormir et de rester endormi toute la nuit", a-t-il expliqué.

Un manque de sommeil et un sommeil de mauvaise qualité peuvent augmenter le risque de maladie cardiaque, et la qualité du sommeil affecte le bien-être général, ont noté les chercheurs.

Krizan a déclaré: "Nous savons que la qualité du sommeil reflète généralement bien la santé de la population et peut indiquer d'autres conditions. Si nous voulons une image complète de la santé de la population, il est important de mesurer et de suivre ces changements de tendance du sommeil." temps."

WebMD Nouvelles de HealthDay

Sources

SOURCE: Iowa State University, communiqué de presse du 12 novembre 2019



Copyright © 2013-2018 HealthDay. Tous les droits sont réservés.