FTC déconnecte les défendeurs du schéma Robocall du support Pointbreak Media


La société a faussement prétendu que l'entreprise représentait Google et demandait des frais compris entre 300 et 700 USD pour le placement de la première page dans les résultats de recherche en ligne.

À la demande de la Federal Trade Commission, un tribunal de district américain en Floride a prononcé un jugement sommaire contre deux personnes, approuvé six accords de transaction impliquant 11 accusés et prononcé un arrêt par défaut contre les sept autres accusés, mettant officiellement fin au vaste plan d’achat automatisé Pointbreak Media.

En mai 2018, la FTC a accusé les accusés basés en Floride d’avoir exploité une arnaque de télémarketing qui visait les propriétaires de petites entreprises avec de fausses menaces de retrait du moteur de recherche de Google et de fausses promesses de mots clés uniques pour que l’entreprise apparaisse en évidence dans les résultats de recherche. La FTC a également allégué que les accusés avaient rédigé eux-mêmes des chèques de 100 dollars provenant de plus de 250 comptes courants d’entreprise, sans que les propriétaires de l’entreprise en soient préalablement informés, sans leur consentement ou leur autorisation.

La FTC a modifié sa plainte en juillet 2018 afin d'ajouter deux chefs d'accusation pour violation de la règle de vente par télémarketing, car les accusés ont appelé plus de 74 millions de consommateurs et appelé plus de 14 millions de numéros dans le registre national des numéros de télécommunication exclus. Le jugement sommaire et les autres ordonnances annoncées aujourd’hui interdisent aux accusés de tels appels illégaux et ordonnent aux principaux responsables du projet, Dustin Pillonato et Justin Ramsey, de verser plus de 3,3 millions de dollars.

Les actions annoncées aujourd'hui

Les ordonnances de la cour et les jugements obtenus par la FTC s'inscrivent dans le cadre des efforts que déploie actuellement cette agence pour lutter contre le fléau des appels automatisés illégaux. Le tribunal a prononcé des jugements contre Pillonato et Ramsey, ainsi qu’un jugement par défaut contre Aaron Michael Jones, Vincent Yates, Pointbreak Media, LLC, DCP Marketing, LLC, Modern Source Media, LLC, National Business Listings, LLC et AllStar Data, LLC. . Le juge a également approuvé des règlements avec Daniel Carver, le défendeur du redressement Stephanie Watt et le défendeur du redressement Jennefer Ramsey.

Le tribunal a jugé les principaux responsables du stratagème, Pillonato et Ramsey, responsables de chaque chef allégué par la FTC. La commande leur interdit: 1) le télémarketing; 2) utiliser des chèques créés à distance pour débiter les comptes des consommateurs; et 3) la commercialisation, la promotion ou la vente de produits ou de services d’optimisation de la recherche. L’ordonnance interdit à Pillonato et à Ramsey de donner une fausse déclaration sur leur affiliation avec Google ou toute autre entité, ainsi que sur toute autre donnée importante pour l’achat d’un bien ou d’un service par un consommateur. Le tribunal ordonna en outre à Pillonato et à Ramsey de verser 3 367 666,30 dollars US et de transférer la garde de dizaines de bijoux à la FTC. La FTC peut utiliser ces actifs pour rembourser les entreprises concernées.

L'ordonnance contre Jones et plusieurs défendeurs défaillants comprend le même allégement de comportement que celui imposé à Pillonato et à Ramsey. Il interdit également à Yates et aux défendeurs d'entreprise défaillants de téléphoner et d'appeler des numéros du registre DNC. L'ordonnance impose également des jugements non suspendus de 2 351 670,81 dollars à l'encontre de Jones, un appelant à la récidive, de 1 917 073,87 dollars à l'encontre de Yates et de 3 367 666,30 dollars à l'encontre des sociétés défenderesses défaillantes.

L’ordonnance à l’encontre de Carver lui interdit définitivement de téléphoner au téléphone et de composer des numéros du registre DNC, ainsi que de demander des informations spécifiques aux consommateurs lors de tout autre type de télémarketing. Il interdit les déclarations inexactes et impose un jugement de 2 461 626,12 $, qui sera partiellement suspendu après la remise d'un VUS Lexus RX 350 2016. Enfin, les ordonnances rendues à l'encontre des accusés de l'accusation, Watt et Jennefer Ramsey, imposent des jugements de 62 279 $ et de 52 321 $, respectivement. Le jugement contre Watt sera partiellement suspendu moyennant le paiement de 20 000 $.

Histoire de cas

En mai 2018, la FTC a accusé les exploitants du système Pointbreak Media basés en Floride d'infractions à la loi FTC pour avoir trompé les propriétaires de petites entreprises en prétendant faussement représenter Google, menaçant faussement les entreprises de les supprimer des résultats de recherche Google, prétendant faussement qu'elles pouvaient associer des mots clés. avec ces entreprises et un positionnement faussement prometteur en première place ou en première page dans les résultats de recherche Google.

La plainte de la FTC alléguait que les accusés n’avaient aucune relation avec Google, mais prétendaient être des «fournisseurs de services de données» pour la société ou des «agences Google My Business autorisées». Les accusés ont également condamné les propriétaires de petites entreprises à des appels automatisés. Les télévendeurs de la société ont faussement dit aux propriétaires de petites entreprises que celles-ci ne pourraient éviter le retrait des résultats de recherche Google en versant aux défendeurs des frais uniques allant de 300 à 700 dollars. Autrement, ils ont déclaré que ces entreprises seraient étiquetées «fermées de manière permanente».

En mars 2019, les défendeurs suivants ont conclu des accords de transaction pour résoudre les accusations portées dans la plainte modifiée de la FTC: 1) Michael Pocker, Modern Spotlight LLC, Modern Spotlight Group LLC et Modern Internet Marketing LLC; 2) Steffan Molina, Perfect Image Online LLC et Pinnacle Presence LLC; et 3) Ricardo Diaz. Les règlements contiennent à la fois une injonction et une réparation pécuniaire, et ont pour objet de remédier à la conduite illégale alléguée dans la plainte. Le tribunal a saisi chacune de ces ordonnances en définitif. Les actions annoncées aujourd’hui résolvent les accusations portées par la FTC contre tous les prévenus restants dans cette affaire.

Cet article de la FTC a été distribué par le Personal Finance Syndication Network.

Les défendeurs du programme Robocall Scheme post de la FTC Disconnects Media sont apparus en premier sur le réseau de syndication de finances personnelles.