Jambe artificielle à rétroaction sensorielle aidant les porteurs à marcher en toute confiance


La technologie prothétique a beaucoup progressé ces dernières années seulement. Mais les membres artificiels ont toujours un gros problème: en raison de leur manque de terminaison nerveuse, ils ne permettent pas au porteur d’éprouver les mêmes sensations qu’il le ferait autrement. C’est un gros problème pour diverses raisons, notamment le fait que les personnes qui les portent ont tendance à avoir moins confiance en leur jambe artificielle, car elles ne fournissent pas le même niveau de rétroaction.

C’est quelque chose que les chercheurs de l’École Polytechnique Fédérale de Suisse s’efforcent de changer. Ils ont développé un nouveau type de prothèse bionique comprenant des capteurs intégrés qui permettent de savoir quand elle se plie et atterrit sur le sol. Ce faisant, non seulement il peut encourager une marche plus rapide et plus confiante, mais il réduit également la douleur dite du «membre fantôme». Cela fait référence à l'étrange sensation que peuvent ressentir les personnes amputées lorsqu'elles ressentent une douleur dans le membre manquant.

jambe bionique rétroaction sensorielle confiance prothèse de vélo membre
Federica Barberi

Les capteurs de jambe se connectent aux nerfs résiduels dans la cuisse du porteur de la prothèse, via des implants d'électrode. Ces électrodes ont été développées par des scientifiques de l'Université de Fribourg, tandis que la prothèse provenait de la société de prothèses Össur. Les deux parties ont également participé au projet. L’équipe de recherche a ensuite mis au point des algorithmes capables de transformer les informations tactiles et les capteurs de mouvement de la jambe en impulsions de courant que le corps est en mesure de comprendre.

Au cours d'une expérience de trois mois, deux volontaires amputés au-dessus du genou ont mis les prothèses à l'épreuve. Ils ont trouvé la prothèse de détection utile car elle leur permettait d’ajuster leur démarche lors de la marche. Lors d’un test particulièrement difficile, les volontaires ont dû marcher sur du sable, une surface inégale et douce. Le neurofeedback réaliste de la jambe artificielle leur a permis de marcher beaucoup plus rapidement qu’ils n’avaient été en mesure de le faire sans le retour.

On ne sait pas quand une version commercialisée de cette technologie pourrait être disponible à l’achat. Cependant, un bras artificiel appelé Ability Hand, qui fournit une rétroaction sensorielle du bout des doigts, se prépare à être mis en vente aux États-Unis. Espérons que cela suggère que de telles technologies commencent à trouver leur chemin vers ceux qui en ont vraiment besoin.

Un article décrivant les recherches récentes de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Suisse a été publié dans la revue Nature Medicine.

Recommandations des rédacteurs