SpaceX Rocket lance trois satellites Radarsat et Ace Foggy Landing


SpaceX a lancé avec succès sa septième mission spatiale de l'année mercredi (12 juin), mettant en orbite un trio de satellites d'observation de la Terre pour le Canada et effectuant un atterrissage en brouillard en Californie.

Malgré une épaisse couche de brouillard matinal, le SpaceX Fusée Falcon 9 décollé de la base aérienne de Vandenberg à 10h17 HAE (14h17 GMT; 07h17 heure locale de Californie), transportant le Mission Constellation RADARSAT (MRC) vers le ciel. Les trois satellites ont été libérés en orbite environ une heure après le décollage, SpaceX annoncé via Twitter.

Environ 8 minutes après le décollage, la première étape du Falcon 9 en deux étapes a bloqué son atterrissage au centre de LZ-4, la piste d'atterrissage de SpaceX à Vandenberg, se posant doucement à seulement 0,4 kilomètre de son point de départ. Ceci marque le 41e anniversaire de l'entreprise récupération de rappel.

En relation: Voir l'évolution des fusées de SpaceX en images

La première étape était le même rappel que celui qui avait transporté la capsule Crew Dragon de SpaceX vers la Station spatiale internationale (ISS) en mars de cette année. Ce vol non préparé, connu sous le nom de Demo-1, était la toute première mission de la capsule, qui a prouvé qu’elle pouvait s’accrocher à la station spatiale et s’en désancrer de manière autonome avant de revenir sur Terre.

Image 1 de 4

Une fusée SpaceX Falcon 9 transportant trois satellites Radarsat pour le Canada décolle dans un épais brouillard à la base aérienne Vandenberg en Californie le 12 juin 2019.

Une fusée SpaceX Falcon 9 transportant trois satellites Radarsat pour le Canada décolle dans un épais brouillard à la base aérienne Vandenberg en Californie le 12 juin 2019.

(Image: © SpaceX)

Image 2 de 4

Une fusée SpaceX Falcon 9 transportant trois satellites d'observation de la Terre canadiens Radarsat émerge au-dessus d'un épais brouillard lors de son lancement en orbite par Vandenberg Air Force en Californie le 12 juin 2019.

Vue de la fusée Falcon 9 émergeant au-dessus de la couche de brouillard lors du lancement des satellites Radarsat depuis Vandenberg Air Force en Californie le 12 juin 2019.

(Image: © SpaceX)

Image 3 de 4

Vue de l'atterrissage brûlé par une fusée SpaceX Falcon 9 qui revient sur Terre après le lancement réussi de trois satellites d'observation de la Terre Radarsat pour le Canada le 12 juin 2019. Des lancements et des atterrissages se sont déroulés à la base aérienne Vandenberg de la Californie.

À gauche: Vue de l'atterrissage brûlé par une fusée SpaceX Falcon 9 retournant sur Terre après le lancement réussi de Radarsat le 12 juin 2019. À droite: La couche de brouillard de la base aérienne Vandenberg en Californie au moment de l'atterrissage.

(Image: © SpaceX)

Image 4 de 4

La première étape d'une fusée Falcon 9 se trouve au sommet de la base d'atterrissage de la société, à la base aérienne de Vandenberg, après son deuxième atterrissage le 12 juin 2019 à la suite du lancement réussi de trois satellites canadiens Radarsat.

La première étape d'une fusée Falcon 9 se trouve au sommet de la base d'atterrissage de la société, sur la base aérienne de Vandenberg, après le deuxième atterrissage du 12 juin 2019.

(Image: © SpaceX)

Suite à ce vol, le booster avait atterri en toute sécurité avant de se faire ramener à terre. Maintenant, il se dresse fièrement à LZ-4, seul le deuxième booster de SpaceX à toucher le sol californien.

Après le lancement d'une fusée, SpaceX dispose de deux options pour récupérer des propulseurs: le retour à terre, l'utilisation d'une aire d'atterrissage spécialement conçue ou l'atterrissage en mer sur le pont d'un des deux drones de la compagnie. L'option choisie par la société varie d'un lancement à l'autre, principalement en fonction de la charge utile de la fusée.

Pour revenir à terre, il faut plus de carburant que d'atterrir sur un navire en mer. Les lancements qui utilisent beaucoup de propulseur lors de l'ascension (qui transportent généralement de très grandes charges utiles) doivent généralement atterrir dans l'océan. Mais les roquettes transportant des charges plus légères, en particulier celles à destination de l'orbite terrestre basse, ont encore beaucoup de carburant pour regagner la terre.

Le vol d'aujourd'hui marquait le 41e atterrissage de SpaceX sur 72 lancements au total pour la compagnie; seulement 15 de ces touchés ont eu lieu sur terre. Et ce n’est que la deuxième fois qu’une fusée atterrit en Californie; Les autres atterrissages au sol de SpaceX ont eu lieu sur la Space Coast en Floride, où la société dispose de deux aires de lancement et d'atterrissage.

Mais SpaceX a toujours eu l’intention de poser des fusées dans ses installations de Vandenberg, Space Launch Complex 4 (SLC-4). SLC-4, qui était à l’origine des missiles Titan, regroupe deux sites de lancement en un. Divisé en deux parties – est et ouest – SpaceX loue les deux et en utilise une pour le lancement et une pour l'atterrissage.

Avant aujourd'hui, tous les débarquements de la compagnie sur la côte ouest, à l'exception d'un seul, avaient eu lieu sur le drone "Juste lisez les instructions". En octobre dernier, SpaceX a effectué son premier «retour au débarquement du site de lancement», ou RTLS, à Vandenberg, après avoir touché un Falcon 9 peu après le lancement du SAOCOM-1A satellite. (La société a loué la zone d'atterrissage à l'armée de l'air en 2015, mais ce n'est que récemment qu'elle a obtenu l'autorisation de l'activer.)

En relation: Voyez des photos étonnantes du lancement de SAOCOM-1A par SpaceX

Les trois satellites de la mission Radarsat Constellation sont considérés ensemble alors que SpaceX les entoure d'un carénage de charge utile (à l'arrière-plan) pour un lancement le 12 juin 2019 sur une fusée Falcon 9 à la base aérienne de Vandenberg, en Californie.

(Image: © MDA, société Maxar, Agence spatiale canadienne)

Le parc immobilier de Vandenberg étant limité, la première étape du Falcon 9 doit atterrir à seulement 430 mètres (1 400 pieds) de son point de décollage, ce qui complique encore davantage l'atterrissage. Cela signifie que si quelque chose ne va pas, une explosion peut potentiellement assommer la rampe de lancement et d'autres installations à proximité.

À la base aérienne de Cape Canaveral en Floride, les zones de lancement et d’atterrissage sont séparées de plusieurs kilomètres, raison pour laquelle SpaceX l’a choisie comme premier site d’atterrissage.

Le succès des atterrissages d’aujourd’hui conforte l’idée selon laquelle SpaceX n’aura pas à compter uniquement sur son navire drone pour récupérer les boosters tirés de ses installations de la côte ouest. Le fait de ne pas devoir envoyer de navires de récupération à chaque fois signifie que les boosters peuvent être remis en service plus rapidement. De plus, les atterrissages au sol signifient que les propulseurs ne sont pas exposés à la corrosion potentielle de l'eau de mer salée, ce qui se traduit par une réduction des temps de traitement après le lancement.

À l'intérieur du carénage de la charge utile du Falcon 9 se trouvait aujourd'hui un ensemble de trois satellites lancés pour le compte de l'Agence spatiale canadienne (ASC). le Mission Constellation RADARSAT, un projet de 1,2 milliard de dollars, consiste en trois satellites identiques développés par MacDonald, Dettwiler and Associates, une filiale de Technologies Maxar.

Les trois satellites utiliseront un radar pour localiser les navires, surveiller les écosystèmes et surveiller de près l’Arctique. Leur objectif est de remplacer le satellite vieillissant RADARSAT-2, en orbite depuis 2007. RADARSAT-2 a été conçu pour ne durer que sept ans mais restera opérationnel jusqu'à ce que la nouvelle constellation soit opérationnelle.

Une fois opérationnelle, la constellation mettra en orbite notre planète à environ 600 km (370 miles) au-dessus de sa tête, transmettant des données au gouvernement canadien. Ils sont censés générer environ 250 000 images par an, ce qui les aidera à jouer un rôle clé dans la surveillance des changements climatiques, en particulier dans les régions éloignées du Nord du Canada, largement inhabitées.

Note de l'éditeur: Cette histoire a été mise à jour à 11 h 30 HAE avec la nouvelle que les trois satellites ont été déployés avec succès.

Suivez Amy Thompson sur Twitter @astrogingersnap. Suivez-nous sur Twitter @Spacedotcom ou Facebook.